Les Pirates Des Caraïbes


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Eliez ou la légende du premier marin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zack Sliver
Simple civil


Nombre de messages : 59
Age : 28
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Argent: 65 pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Eliez ou la légende du premier marin   Mar 15 Juil - 14:09

Salut tout le monde, je viens de lire une légende maritime fort sympathique qui pourrait faire l'objet d'un scénario, je vais vous conter cette histoire (adaptée au contexte des caraïbes) et vous expliquer mon idée, vous me direz ce que vous en pensez.

Voici la l'histoire d'Eliez ou la légende du premier marin :

« Vous ici ?, Mais Dieu que le monde est petit », s’entend-on dire parfois. Et bien croyez-moi si vous le voulez, mais je vous assure pourtant qu’il est très grand, pour ne pas dire gigantesque. Je peux aisément comprendre que pour vous il paraît impossible de le visiter dans son entier. Si vous aviez devant vous tout le temps pour vous y promener, vous vous rendriez encore plus compte comme il est insondable.

Tenez ! Et si je vous contais ce soir l’aventure incroyable d’un garçon de Jamaïque qui rêvait d’espace et de liberté. Si je vous contais l’histoire d’Eliez, qui du haut de ses vingt ans pensait pouvoir parcourir toutes les mers salées du globe.

Cela vous tente ! Alors ! Prenez donc place ! Installez-vous bien ! Et écoutez ce que j’ai à vous dire ! Mais surtout n’oubliez pas : vous ne devez en aucun cas vous dérober en cours de récit, car l’histoire meurt si on la quitte avant la fin….

…Notre histoire commence il y a si longtemps que personne aujourd’hui ne peut se souvenir du temps qu’il faisait ce jour-là. C’était un temps si reculé que même la grande Histoire des hommes en oublia l’existence. C’était le temps où les hommes avaient plus peur de l’eau que du feu. C’était au temps où pas un d’entre eux, et je dis bien pas un au monde, n’avait encore eu l’audace de s’aventurer sur l’immensité bleutée.

Oh, certes, à la veillée, le soir, le père Riwal racontait bien tantôt l’histoire de Saïg, le premier à avoir osé mangé un poisson, où tantôt celle de Suliag, le premier homme à avoir pris un bain de mer sans s’y noyer, mais ceci, ceci est une autre histoire. Cependant personne, certes non personne, ne pouvait se vanter d’avoir osé chevaucher un océan.

Jusqu’au jour où naquit un garçon du nom d’Eliez. Ce dernier était subjugué par la grande bleue. Il était comme hypnotisé. C’était comme si cette grande mare interminable agissait sur lui une attraction digne de celle d’un aimant. Quand j’y repense encore aujourd’hui je crois vraiment que le mot aimant est le plus approprié tant il paraissait évident que le jeune homme était tombé amoureux de la mer.

Ayant durant toute son enfance observé les mouvements des vagues, ayant décortiqué les phénomènes des marées, ayant compris en premier que la mer ne changeait pas de couleur selon l’humeur des Dieux mais selon la couleur du ciel, Eliez se mit à abattre les plus beaux arbres de la forêt avoisinante pour construire une embarcation assez robuste pour pouvoir le mener sur toutes les eaux du monde. Il avait bien remarqué qu’un morceau de bois avait cette particularité de rester à la surface de l’eau et ce quelle que soit sa taille et quelle que soit son poids.

Il lui fallut cinq ans pour enfin réaliser un bateau suffisamment grand pour les porter, lui et son meilleur ami, Mériadeg. Heureusement qu’il était là celui-là, car si Eliez n’avait pu partager sa passion avec quelqu’un, sans doute aurait-il abandonné par désespoir. Mériadeg avait le don de lui redonner l’envie d’aller plus loin. D’ailleurs ce fut le cas un jour, sur la petite plage, les deux jeunes gens étaient préoccupés par leur mystérieuse embarcation.

Visiblement ils n’étaient pas d’accord et Eliez brassait l’air avec de si grands mouvements de bras qu’il en aurait fait tourner les moulins à vent de la Pointe du Raz. Meriadeg, beaucoup plus flegmatique, se contentait de répondre avec un calme qui énervait d’autant son jeune
ami.

-« Tu dis n’importe quoi Mériadeg ! Comment veux-tu que ça marche ! » Hurla Eliez.

-« Essaye et tu verras. » Dit calmement Mériadeg.

-« A quoi bon essayer ! C’est tout vu ! Si je veux tourner à droite, je tourne le morceau de bois vers la droite ! C’est tout ! »

-« Cela ne marchera pas. » Répondit lentement Mériadeg.

-« Je ne te comprends pas ! Pourquoi veux-tu toujours tout compliquer ? Pourquoi vouloir pousser à gauche pour aller à droite ? C’est idiot ! Regarde ! Quand je pousse vers l’avant cela va vers l’avant ! » Dit-il en poussant du doigt un galet, « le galet ne part pas en arrière. »

-« Pourquoi ne pas en faire l’essai ? » Rajouta Meriadeg.

-« Essayer ? Euh… ! Tu es fou ? On ne va pas aller comme ça sur l’eau, à la nuit tombée, sans en être bien sûr ! »

-« Mais non ! » Reprit Mériadeg en se dirigeant vers un petit sac de toile posé à même le sable.

-« Je n’y comprends plus rien ? Comment essayer sans y aller ? Tu es de moins en moins clair Mériadeg.»

-« Nous approchons du but mon bon ami. Le départ est proche. Alors, pour être bien sûr que nous ne faisons pas une bêtise, en cachette j’ai construit ceci. »

Et Mériadeg sortit alors de son sac une petite coque en bois de quinze centimètres. C’était la reproduction en miniature à l’identique de celle que les deux compères avaient construite pour les emmener.

-« Avec ceci, » dit-il, « nous allons pouvoir faire tous les essais dont nous avons besoin. »

-« Mais comment ? Si nous la mettons sur l’eau, elle risque de s’en aller, comment ferons-nous pour la récupérer ? »

-« Et si nous allions l’essayer sur le lavoir de Penbihan. Là-bas l’eau est calme et peu profonde ? » Proposa Mériadeg.

-« Le lavoir de Penbihan…, mais…, c’est que…, tu oublies que personne n’y va plus depuis que Katell Scavennec prétend y avoir vu les spectres des lavandières au coucher du soleil ! » Murmura Eliez peu rassuré.

-« Pfff ! Ne dis donc pas de bêtises ! »

-« Quand même ! On ne rigole pas avec ces choses là ! »

-« Moi je crois surtout que la Katell elle boit beaucoup trop depuis le décès de son époux. Tu ne vas quand même pas me dire que tu crois à toutes ces fadaises. Pas toi ! Pas le grand aventurier qui se prépare à dompter les océans du monde. »

-« C’est à dire que…, non bien sûr…, je n’y crois pas, euh…, enfin…, les lavandières…, c’est quand même bien connu qu’il vaut mieux les éviter…, surtout le soir, quand elles viennent laver les linceuls des morts. »

-« Crois-moi Eliez, s’il y avait eu des lavandières au lavoir de Penbihan, nous n’aurions pas attendu que Katell les voit pour le savoir. »

-« Certes, tu as sans doute raison ! »

-« Allez ! Allons-y ! » Dit Mériadeg en balançant son capuchon sur son épaule.

-« Quoi ? Maintenant ? Mais il va bientôt faire nuit ! Cela pourrait peut-être attendre demain ? » Répondit un Eliez de moins en moins à l’aise.

-« Laisse tomber ses bêtes croyances, Y’a pas plus de lavandières là-bas que d’intelligence dans la caboche du père Younick ! »

Mériadeg fit son petit test qui prouva à Eliez qu’il avait bien raison. Mais ce dernier, guère rassuré, ne semblait plus s’intéresser à la question. Afin de parfaire le test, Mériadeg avait pris soin de poser dans sa maquette deux galets sensés les représenter.

A ce moment ils entendirent comme des murmures ressemblant à des voix de femmes, une musique lugubre sembla se dégager du mouvement des arbres, le fond du lavoir se mit bizarrement à se colorer d’une couleur vert pale. Eliez Cria :

-« Les Lavandières ! »

Je peux vous assurer que ils n’attendirent pas d’avoir la confirmation de cette affirmation. Ils partirent aussi vite que possible sans demander leur reste.

Le lendemain matin, l’incident fut vite oublié. Les deux compères avaient déjà chargé victuailles et matériels dans l’embarcation. Celle-ci ne faisant guère plus de quatre mètres de long et deux de large, ils n’avaient pas la place pour amener grand chose d’autre qu'eux-même. En dehors du gouvernail fabriqué par Meriadeg, ils disposaient de deux fines planches en guise de rames sensées les aider à se mouvoir.

Tandis qu'ils mettaient la barque à l’eau, l’heure était grave et d’importance. Pour la première fois depuis la création de l’humanité des hommes allaient se mouvoir sur les océans. Pour lui en laisser tout le mérite, Mériadeg avait laissé Eliez monter dans le bateau tandis qu'il le poussait hors du rivage. Une fois celui-ci à flots, il embarqua à son tour afin de rejoindre Eliez, le premier marin au monde.

Bien qu’hésitant dans les premiers instants, le duo prit petit à petit plus d’assurance, et après une heure de manœuvres effectuées à moins de vingt mètres du rivage, ils décidèrent de pousser jusqu’à toucher la ligne d’horizon.

Ils avancaient, ils avancaient, ils avancaient, mais l’horizon semblait toujours plus loin. Le soleil continuait sa course dans le ciel pendant qu'ils poursuivaient la leur sur la mer. Alors que le soleil commençait à se coucher dans la mer face à eux, Eliez se retourna.

-« Mon Dieu ! » Cria-t-il.

Mériadeg se retourna si prestement que la barque tangua dangereusement. Il découvrit alors ce qui avait fait pousser un cri d’effroi à son compagnon. La côte avait entièrement disparu. Il avait beau regarder tout autour de lui, aussi loin que l’on puisse voir, il n’y avait plus que la seule et unique ligne d’horizon.

Soudain l’incroyable se produisit, au beau milieu de l’océan, un pieu sortait de l’eau. Que pouvait bien faire ce morceau de bois perdu au milieu de l’eau ? On ne le saura sans doute jamais, toujours est-il que pour ne pas dériver encore plus dans la nuit, Eliez décida d’arrimer son embarcation à ce corps-mort de fortune.

Pendant ce temps, et à des kilomètres de là, Katell rentrait chez elle de chez sa sœur. Elle n’était vraiment pas rassurée, et pour cause, elle était obligée de prendre le chemin passant devant le lavoir de Penbihan. A peine fut-elle en vue du lavoir qu’elle se mit à courir droit devant elle le plus vite possible.

Une fois arrivée à l’orée d'un petit bois, elle se retourna et jura bien plus tard qu’elle avait revu ce soir là de mystérieuses formes vertes translucides aux abords du lavoir.

Bien cachée derrière le feuillage touffu des arbres, Katell regarda la scène. Ensuite, elle raconta à tous ceux qui voulaient l’entendre comment elle avait vu l’une des lavandières planter un bout de bois au beau milieu du lavoir. Puis, une autre approcha, en tenant dans ses mains un drôle de petit objet en bois dans lequel il y avait trois galets.

A l’aide d’une ficelle, elle accrocha l’objet flottant au bâton planté. Puis, toutes les lavandières se positionnèrent autour du lavoir, se mirent à y tremper des linges blancs qu’elles frappèrent à l’aide de leur battoir, provoquant vagues et remous sur la surface de l’eau tandis qu’elles chantaient en boucle :

« Danse, Danse

Eliez, le marin

Danse, Danse

Meriadeg, le marsouin

Vous qui ne respectez rien

Même pas les lieux malsains.



Danse, Danse

Eliez, le marin

Danse, Danse

Meriadeg, le marsouin

Et que la mer enfin

Vous avale jusqu’au bout des mains. »


Aucun des deux hommes ne l’avait vraiment vue venir, mais en l’espace de quelques minutes une tempête, que dis-je, un ouragan, avait grandit sur eux. La barque était ballottée dans tous les sens. Et c’est là qu'ils le virent venir, lui, celui qui traque les Hommes depuis le commencement, l’Ankou. Il marchait sur l’eau, guidant son cheval et sa vieille charrette. Même l’océan est son domaine.

La barque chavira, et ils sombrèrent dans la mer tout doucement jusqu’à ce que leurs mains tendues vers le ciel ne disparaissent à tout jamais. L’Ankou mit la tête dans l’eau et en ressortit deux âmes qu’il jeta dans le fond de sa charrette avant de disparaître aussi soudainement qu’il était venu.

Voilà, c’était la triste histoire d’Eliez, le premier marin. Est-ce depuis ce jour que les marins sont aussi superstitieux ? Sans doute. Est-ce depuis ce jour qu’ils baptisent leur bateau pour s’assurer la protection des vents ? Je le crois. Toujours est-il que depuis ce jour, au beau milieu de l’océan, il y une petite barque accrochée à un drôle de corps-mort. Et si par hasard vous étiez amenés à la rencontrer, surtout ne montez pas à bord, car les lavandières sont toutes aussi immortelles que ne l’est l'Ankou...




_______________________________________________________



Le but du scénario serait de retrouver la barque d'Eliez, de l'embarquer sur son navire et celui qui survivra à 3 jours et 3 nuits de tempêtes obtiendra les faveurs et défauts enchantés de l'embarcation.

Tout le monde peut participer à cette quête, aucun exclus, il faut, cependant, pour les non possesseurs de navires qu'ils se fassent enrôler sur un bâtiment qui part à la recherche de cette barque.

Le scénario n'a pas de durée limité, tant que personne ne trouve l'artefact, il restera ouvert. Si le joueur qui l'obtient la perd pour une des raisons suivantes : _ l'abandonne
_ son navire coule
_ perd une bataille et le vainqueur refuse de prendre la barque à son bord
la barque se perd à nouveau dans la nature et change de place dans l'océan (obligeant à chercher de nouveau des informations sur sa position)

Chaque personne peut rentrer ou sortir de la quête quand il le souhaite.
Vous en avez marre de chercher ? Retournez piller, vendre ou chasser du pirate !! Rien ne vous en empêche.

La barque est, bien entendu, indestructible.

Le joueur découvrira les "pouvoirs" de la barque au fur et à mesure en RP selon la volonté du conteur, celui-ci enverra un MP au joueur possesseur, quand il jugera que les évènements vont dans ce sens, pour lui dire s'il découvre une des particularités de la barque ou non et laquelle.

[Jack, si mon scénario te tente, dis le moi, je t'enverrai les "pouvoirs" de la barque par MP]



Voilà, à vous de me dire ce que vous en pensez.

_________________
Modérateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sliverbd.canalblog.com
Jack Sparrow
Seigneur Pirate de la Mer des Caraïbes


Nombre de messages : 371
Date d'inscription : 31/01/2008

Feuille de personnage
Argent: 245 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Eliez ou la légende du premier marin   Dim 27 Juil - 0:16

Scénario trés interessant! Bien écrit et facilement compréhensible, par contre je ne sais pas qui est Ankou, sûrement le dieu de la mer! J' attend des précisions à ce sujet!

Pour ce qui est des pouvoirs, je propose que tu m' envois tes idées par MP, une énigme sera laissé publiquement pour ne pas donner les pouvoirs explicitement mais que les joueurs se fassent une idée!

Et que pensent les autres joueurs de ce scénario? pirat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pirates-rpg.forum-actif.net
Zack Sliver
Simple civil


Nombre de messages : 59
Age : 28
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Argent: 65 pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Eliez ou la légende du premier marin   Lun 28 Juil - 10:21

L'Ankou n'est autre que le serviteur de la mort, se balladant avec une faux et une charrette où il collecte des âmes pour son maître,
celà vient de la tradition orale et des contes Bretons.

Pour la petite histoire, on dit que celui qui aperçoit l'Ankou mourra dans l'année, alors que celui qui entend le bruit de la charrette trépassera dans la minute.

Joyeux n'est-ce pas ? ^^'

D'autres questions ?

_________________
Modérateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sliverbd.canalblog.com
Sao Feng
Grand Capitaine


Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 11/06/2008

Feuille de personnage
Argent: 50 pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Eliez ou la légende du premier marin   Lun 28 Juil - 11:08

J'aime beaucoup ^^.
Je connaissait cette histoire (écossais powaaaaaa xd).
Mais mon perso ne s'en fichera un peu, je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zack Sliver
Simple civil


Nombre de messages : 59
Age : 28
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Argent: 65 pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Eliez ou la légende du premier marin   Lun 28 Juil - 11:38

Sao, tu peux toujours la chercher pour la revendre au plus offrant, après tout, c'est un barque de légende pirat

Et puis, il est dit qu'elle possède quelques propriétés magiques, ne serait-ce pas intéressant pour un seigneur des pirates de pouvoirs de prouver qu'il mérite bel et bien sa place en possèdant un artefact magique ?

J'ai laissé assez de liberté pour que chacun y trouve son bonheur, après, si tu n'as pas envie, tu peux, comme je l'ai dit, profiter de l'absence de certains pirates ou militaires (partis chercher la dite barque) pour piller quelques ports ou t'approprier quelques îles ^^

_________________
Modérateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sliverbd.canalblog.com
Sao Feng
Grand Capitaine


Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 11/06/2008

Feuille de personnage
Argent: 50 pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Eliez ou la légende du premier marin   Lun 28 Juil - 12:27

Hum ... La revendre au plus offrant ... C'est vrai que c'est plus intéressant xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Sparrow
Seigneur Pirate de la Mer des Caraïbes


Nombre de messages : 371
Date d'inscription : 31/01/2008

Feuille de personnage
Argent: 245 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Eliez ou la légende du premier marin   Dim 10 Aoû - 20:25

Nous allons attendre que d' autres joueurs reviennent de vacance pour discuter du scénario et surement le valider!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pirates-rpg.forum-actif.net
Zack Sliver
Simple civil


Nombre de messages : 59
Age : 28
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Argent: 65 pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Eliez ou la légende du premier marin   Lun 11 Aoû - 1:13

Pas de souci Jack, d'un coté, rien ne presse, vu qu'il n'y a pas encore beaucoup de monde sur le forum, il serait sans doute mieux, s'il est validé, de garder le scénar' de coté jusqu'à ce qu'il y ai suffisamment de monde.

Enfin, c'est mon avis, voilà.

_________________
Modérateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sliverbd.canalblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eliez ou la légende du premier marin   Aujourd'hui à 7:04

Revenir en haut Aller en bas
 
Eliez ou la légende du premier marin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» Le premier ministre Michèle Pierre-Louis au mini-sommet économique de Punta Cana
» Le discours du premier ministre J E Alexis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Pirates Des Caraïbes :: Hors roleplay! Avant de jouer! :: Pour le jeu :: Idée de scénario-
Sauter vers: