Les Pirates Des Caraïbes


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le retour du trafficant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tanos Delm



Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Le retour du trafficant   Dim 11 Jan - 2:20

Au loin dans la baie se dressa la silhouette d'un grand navire. Le vent d'Est revenait vers Tortuga après de longs voyages. Mais certaines différences pouvaient être remarqués depuis son départ: les voiles étaient trouées en de nombreux endroits, la coque paraissait endommagée et sur le pont s'activait l'équipage qui semblait lutter contre l'effondrement d'un mat. Deux médecins déambulaient sur le pont et allaient d'un blessé à l'autre pour s'assurer de la survie des hommes du capitaine Tanos, qui lui même n'avait pas beaucoup changé, encore qu'il soit le seul à travers tout les membres de l'équipage. Le trafficant avait eu quelques troubles avec la compagnie des indes, et il avait échappé de justesse à la catastrophe. Pas plus tard qu'hier résonnaient encore les coups de canons et les hurlements des blessés sur son navire, tandis qu'un galion lançait l'abordage. Des soixante matelots qui formaient ses hommes, il n'en restait plus qu'une quarantaine; tout les autres étaient morts sous les feux britanniques. Néanmoins, ils avaient tout de même réussis à atteindre Tortuga, un des rares endroits hors de porté des anglais.

Le navire accosta au port, son équipage s'affairant sur le pont pour empêcher ce qui fut autrefois l'un des joyaux de Tortuga de couler. Le capitaine Tanos débarqua en premier, suivi de ses hommes. Aussitôt, il alla à la rencontre du maître du port pour exiger la réparation de son navire en échange d'une somme rondelaite. Une fois ceci fait, il pénétra dans le navire, suivi de quelques marins étrangers à son équipage. Le pont central était en assez bon état, encore qu'il faille réparer la superstructure arrière. Le premier étage était en ruine: coque percée, caisse et barils en morceaux un peu partout sur le sol, et quelques cadavres de marins. Le second avait été le plus touché par la mitraille de l'autre navire, et l'air empestait la mort. La coque de gauche n'existait presque plus, et plusieurs boulets roulaient librement sur le sol. Le troisième étage et la calle n'avaient pas été touchés, et aucune réparation ne serait néçaissere de ce coté là. Mais pour ce qui est du reste, le navire resterait longtemps à Tortuga...

Réunissant ses hommes sur le pont, le capitaine posa un regard légèrement désespéré sur eux. Tous les marins surent qu'il allait donner des mauvaises nouvelles, puis qu'il les encouragerait peu de temps après par un petit dicours, puis qu'il ferait une conclusion. Classique.

-Messieurs, vous vous rappelez tous de notre combat contre les anglais, hier. Je tiens d'abord à vous dire que vous avez donné une bonne leçon à ces anglais! Malheuresement, une bonne nouvelle est souvent accompagnée d'une mauvaise, que je vais maintenant déclamer. Nous avons subis beaucoup de dommage pendant ce combat, où dix-sept hommes fidèles sont tombés. Bien que notre navire ne craint plus de couler grâce à vos efforts, il restera néanmoins un long moment à fond de cale avant d'être en état de naviguer. Nous allons être forcés de reprendre le commerce, car pour l'instant nous n'avons pas les moyens de repartir en mission. Messieurs, vous êtes donc en permission pour quelques semaines à Tortuga. Et, je vous laisse aller au bordel tant que mon nom n'est pas associé au votre.

Comme l'avait prévu le capitaine, le moral de ses hommes remonta en flêche à cette dernière annonce. Lui, il partit vers le port à la recherche de quelques marins qui pourraient lui être utile pas trop cher payer. Effectivement, il mettrait un long moment à trouver de quoi remettre son équipage au grand complet, et il devait s'atteler à la tâche le plus rapidement possible. Il soupira, puis monta sur un baril et commença à faire un discours à la foule en parlant des nombreux avantages de son navire pour ceux qui chercheraient un boulot. Il retira l'attention d'une dizaine de personnes, à qui il commença à parler, mettant tout son charisme dans sa voix. Tel était le capitainr Tanos: il cherchait toujours à rêgler ses problêmes avant de prendre du bon temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Dim 11 Jan - 6:17

Aloha Ihnoe se trouvait à Tortuga en ce jour, le temps n'était pas vraiment super. Le ciel était grisâtre et la pluie menace de tombée. Il ne fait pas très chaud une température normal. Notre médecin Aloha ne travaillait pas aujourd'hui et était en train de descendre la rue en regardant le ciel larme aux yeux. Son tricorne noir bien enfoncée sur la tête qui était baissée, ces dernières 48 heures ont été pénible. Afflue de blessés, de malade, de mort à l'infirmerie de Tortuga. Travail dans des conditions très difficile et des heures non stop de travail intense. Elle avait sommeil pas beaucoup dormi, l'ambiance dans la rue était toujours pareil. Elle soupirait tout en continuant son chemin en direction de nulle part. L'heure n'était pas à la joie après les derniers événements tragique face aux Anglais, elle continuait de marcher sans savoir quoi faire et surtout ou aller? Bonne question, son esprit complètement perdue. La médecin levait la tête et regardait le ciel toujours autant menaçant tout en faisant une de ces têtes pas possible. Main dans les poches observant le sol et fini par s'arrêter. Montant sur un tonneau de rhum, s'asseyait en appuyant sa tête contre le mur. Elle avait très mal du à son accident avec le lustre, la petite Aloha inspirait tranquillement et soufflait le temps que la douleur se calme. La médecin restait pendant un long moment sur son tonneau puis descendait de celui-ci tout en se rapprochant du port. Elle ne se sentait pas vraiment en forme, elle n'avait rien mangé de toute la journée complètement épuisée. La pauvre commençait à trainasser des pieds tellement qu'elle était crevée, la faim la gagne. Mais sans argent ça va être dur faut tenir le plus longtemps possible. Elle arrivait après plusieurs minutes au port et maintenant se disait-elle? Le Black Pearl n'était pas en mer, il était sûrement dans le coin. Mais Jack lui était introuvable. "Bon faut trouver de l'argent" se disait Aloha, il n'y avait qu'un seul moyen mendier. Elle restait là pendant des heures à mendier pour pouvoir manger un tout petit quelque chose. Il y arrivait avec peine quelques pièces pas suffisant pour avoir un bon repas. Mais au moment ou elle se relevait sa tête tournait, elle grognait légèrement et se dirigeait près des marchants. Elle crevait de faim la pauvre, elle s'achetait une pomme qu'elle prenait le temps de savourer. Elle s'asseyait dans un coin pour manger son fruit la mort dans l'âme comme on dit si bien. Son cœur battait très vite du à la fatigue...

Son mal de crane était fort, elle en pouvait plus la pauvre. Elle voyait des personnes en train de blablater, leur passait à côté et dit:


-kâpena Jack?

Elle mettait une des ces mains sur un tonneau pas loin de Tanos et l'autre sur la tête, sa respiration était rapide. Se sentait pas bien très pâle et des envie de vomissement lorsqu'un homme la percutait violement au passage, celui-ci semblait pressé. Furieux, il prenait par les habits Aloha qui lui demandait gentiment de la lâcher.

-S'il vous plais lâchez moi, je ne suis pas très bien et d'humeur.

-Dit donc toi tu va te taire sinon je t'en colle une.

-Lukau! Je ne suis qu'un médecin

L'homme donnait un coup de poing dans le ventre, Aloha avait le souffle coupé mais ne pouvait pas se défendre sans arme. La médecin avait du mal à respirer et sa tête allait exploser.

-Aidez-moi... Aidez-moi je vous en supplie.

-Tu va te taire oui ou non sinon je vais t'envoyer dire bonjour à Davy Jones.

Aloha fait un non de la tête pour dire non merci sans façon. L'homme était très menaçant la médecin reculait contre le mur. Elle priait quelqu'un pourrais lui donner un coup de pouce. La médecin Aloha Ihnoe était très appréciée par sa gentillesse, son calme et son sang froid. Mais aujourd'hui n'était pas très en forme, Aloha toujours avec son tricorne bien enfoncé le regardait pas très contente. Il la plaquait contre le mur, bien sûr cela attirait la foule qui ne réagissait pas. Cet homme était connu pour être un meurtrier sans pitié. Il s'était évadé de prison et cherchait de nouvelle victime et sa cible n'étaitt qu'une pauvre médecin de Tortuga. Aloha était coincée contre le mur et ne pouvait pas bouger. Elle continuait de crier à l'aide, elle ne possèdait qu'une dague et encore. L'homme prenait par le cou Aloha et la soulèvait tout en la plaquant contre le mur, Aloha avait ces mains sur celles de son agresseur pour qu'ils la lâche en se débattant. Il était en train de l'étrangler, avec les peux de forces qu'avait Aloha, elle lui envoyait avec son pied un bon coup dans le ventre.

-`ânela! `ânela!

Il frappait au visage Aloha qui saigna du nez, celle-ci était à la limite de la syncope. Son regard rempli d'innocence fixait celui de cet homme. Derrière des paris se faisait, Aloha ne s'était même pas défendue. Reprenait les coups et sa tête se remettait à saigner, perdant connaissance tête baissée. L'homme était en train de ce moquer de ce pirate qui n'était d'autre qu'une femme. Avec son allure d'homme pirate mais c'était une médecin. Elle glissait contre le mur taché par le sang de sa tête laissant une belle trace pour finir par terre comme une chaussette. Il découvrait que c'était une femme indigène bien connue de Tortuga. Voila une occasion rêvée ce disait-il. Si c'est une femme, elle devait sûrement être "bonne". Il la fouillait pour voir s'il y avait quelque chose d'intéressant. Il y avait 2 talismans de grande valeur, un protecteur de la déesse indigène et l'autre un talisman de la mer. Il se disait qu'il pourrait revendre cela très cher avec des inscriptions indigène derrière. Les gens derrières n'osaient pas intervenir, car il venait d'arracher maintenant le collier en coquillage qu'elle portait autour du cou. Le pire il voulait la violer devant tout le monde mais réfléchissait que se serais idiot devant trop de témoin. Il l'abandonnait là sur place laissée pour morte, pour vérifier si elle était bien morte. Il lui donnait un gros coup de pied dans le dos mais aucune réaction sous le regard horrifié des curieux. Il tentait de s'enfuir mais il se reprenait un coup de poing en pleine figure...Pendant ce temps, les gens se rapprochèrent. Les habits de la médecin déchiré on voyait sur son épaule droit le tatouage avec le Black Pearl avec le J au milieu...

Planet Hell
Revenir en haut Aller en bas
Tanos Delm



Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Dim 11 Jan - 18:33

Tanos entendit les bruits de coup et descendit de sa place, car de toute façon son oratoire diminuait à vue d'oeil. S'avançant au milieu de la foule, il eu tout juste le temps de voir l'homme donner un coup de pied dans le dos de la jeune femme. S'avançant, il se planta devant l'homme, qui le dominait de toute sa taille, et lui donna un violent coup de poing. Quelques paris changèrent dans son dos. Il sourit, puis regarda le médecin au sol. Le tatouage était intéressant... Black Pearl? Il devait impérativement parler avec cette fille. Alors qu'il s'approchait, le colosse dans son dos se releva et lui donna à son tour un violent coup de poing, débalançant le capitaine. Le meurtrier sortit un couteau de sa poche et chargea Tanos... Puis s'arrêta net en entendant le bruit d'une gachette. Le pistolet chargé, le capitaine tenait tête à l'homme.

Dépose ce que tu lui as volé, et dégage. J'ai pas de temps à perdre avec ces anneries.

L'homme reposa les affaires de la jeune femme, puis pris les jambes à son coup. Tanos garda longtemps le pistolet pointé sur l'assassin, jusqu'à ce que celui-ci tourne la ruelle. Prenant les affaires du médecin, il les apporta à la jeune femme. Celle-ci était bien vivante. Il fixa à nouveau le tatouage... Pas de doute, cette femme avait déjà eu des rapports avec la perle noire, et donc le capitaine Sparrow. Intéressant... Ce jeune bout de femme avait surement des talents cachés, et elle serait un grand atout comme médecin à bord de son navire. En core qu'il faudrait le convaincre du fait qu'il ne lui était pas hostile. Elle risquait d'être choquée en aprennant qu'elle était passée à deux doigt de la mort, et sans doute attristée. D'un regard, il remarqua une dague à sa ceinture. Ainsi, elle avait une arme, et le capitaine aurait mi son dernier oeil à brûler que cette jeue femme savait s'en servir. Pourquoi ne c'était-elle pas défendue? Pendant que de nombreuses questions surgissaient de son esprit, la jeune femme se réveilla.

Elle semblait étonnament fragile, mais aussi très fière à sa manière. Pas étonnant, mais tout de même, elle semblait ne pas avoir voulue se défendre. Une étrange personnalitée devait s'être formée en cette femme avec les années, mais qui, parmi les pirates, avait une personnalitée normale? Elle ne risquait pas trop d'avoir de blessures graves, excepté le coup au dos, qui avait été particulièrement violent. La jeune femme se redressa un peu et s'empara de ses affaires, puis se tourna vers Tanos.

Je suis heureux de savoir que vous allez bien, dame. Il est dangereux de se promener dans les rues du port sans armes dignes de se nom, surtout si vous portez des objets de valeur... Mais, je ne crois pas connaître votre nom. Pouvez-vous m'éclairer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Dim 11 Jan - 23:49

Aloha finissait par ce réveiller avec un énorme mal de dos, les gens la regardaient étrangement certain venèrent même l'aidée à se relever. Elle faisait un signe de la tête pour les remercier et s'appuya contre le mur en se frottant ces habits pour enlever la poussière. Et remarquait que son nez avait été touché. Quel poise se disait-elle, bon fallait s'occuper de ceci en premier avant toute chose et de son dos après. Malheureusement elle n'avait pas de matériel de médecine sur elle, quel idiote. Elle cherchait dans ces poches si elle possédait une toute bouteille de rhum non plus. Ce n'était pas son jour de chance alors vraiment pas et en plus son habits déchiré...Étonnamment son bandeau n'avait pas été touché. Elle s'avançait et demandait qu'elle puisse emprunter une bouteille de rhum quelques minutes le temps de se soigner. On lui en prêtait une, elle fit un signe de la main pour remercier. Prenait cette bouteille, les gens maintenant avaient compris qu'elle était en rapport avec le Black Pearl. Son nez était cassé, elle prenait sa dague et déchirait un bout de tissu. Versait le rhum dessus, pausait la bouteille à côté d'elle. Elle nettoyait son nez sans rien dire enlevait le sang qui avait coulé. Ensuite, elle rangeait le tissu dans sa poche. La suite du travail, c'était de remettre en place son petit nez. Elle va le faire elle même, elle inspirait et soufflait tranquillement ça allait faire très mal. Reprenait la bouteille et au même moment replaçait son nez, bu une gorge de rhum pur atténuée la douleur. Redonnait la bouteille à son propriétaire, sa respiration est rapide et levait la tête tout en pensant à autre chose. Puis un homme approchait pour lui rendre ces affaires. Elle le regardait et se rapprochait de lui, son regard sur cet étrange homme. Son tricorne était toujours par terre, ces longs cheveux attachés. Prenait délicatement son collier et l'observait, elle n'affichait aucun sourire mais plutôt un regard triste. Soudainement des gouttes de pluie tombaient notre médecin sentait sur son visage, les gouttelettes perlaient. Elle fermait délicatement, il était cassé. Le beau collier qu'elle avait héritée. Elle le rangeait précieusement dans sa poche, ensuite les 2 talismans. Le premier celui du Dieu de la guérison, elle le prend délicatement et le plaquait contre elle à cause de ces croyances sa tête baissée. La pluie tombait sa donnait encore plus de mystère à son regard mais elle ne disait toujours rien. Le second talisman représentant la mer, l'océan de tout les fils et les filles de la mer. Elle le prenait et le mettait à la hauteur de ces yeux, elle lui donna un bisou. Elle les rangeait puis leva la tête vers Tanos, fallait qu'elle le remercie mais ne savait pas quoi lui offrir. Aloha pouvait paraître quelqu'un de triste et froid. Mais non au plus profond de son être se cache un coeur d'or malgré ces souffrances passées. Elle était en train de regarder Tanos oubliant sa douleur au dos. La pluie qui continuait de tomber, ces yeux légèrement noir lui donnait un regard mystérieux. Puis Tanos engageait la conversation, Aloha fixait son regard dans le sien et répondait avec mélancolie:

-Mahalo...."en faisant un signe de la main" étranger. Je .... je ... m'appelle Aloha Ihnoe médecin ici même à Tortuga...sans arme....merci encore pour avoir récupérer mes affaires étangers.

Aloha continuait de le regarder sous la flotte, en réalité elle savait ce battre à main nue et sa dague s'en sers très rarement. Elle tournait la tête quelques secondes et malgré la pluie remarquait une silhouette qui les observait. Et disparaissait aussi vite qu'elle l'avait vue. Retournait sa tête vers Tanos qui avait remarqué son tatouage avec le Black Pearl et le J la première lettre du nom de Jack Sparrow. Elle passait sa main dessus pour enlever la pluie et tappotait dessus. Aloha était très difficile à faire parler, elle voyait derrière un magnifique éclair a plusieurs branches. Orage en vue. super. Et son dos était autant douloureux. Ne parlant toujours pas, ne voulait pas que son Capitaine aye encore des ennuis jusqu'au cou. Elle secouait ces cheveux tout mouillée et finissait par dire:

-Johasmee Gibbs...

Elle a l'impression d'entendre quelqu'un qui se rapproche près à charger une arme même s'il pleut? étrange, elle fait une tête méprisante non pas à Tanos mais à celui qui se rapproche. Elle passait devant Tanos et l'éclair montra le visage de celui qui c'est attaqué à un membre du Black Pearl. Elle marcha en direction de ce meurtrier. Elle était plus petite de taille et moins musclée Mais les indigènes sont des guerriers nés. Avec sa main fait un signe à Tanos de ne pas bouger, elle va régler ça elle-même. Se rapprochait de lui, le ciel était déchirer par les éclaires. Le meurtrier la fixait, étonné de la voir encore debout. Son regard rempli de haine sur celui qui a oser la toucher. Il l'a provoquait mais elle ne disait toujours rien, elle observait sa proie comme le prédateur. Elle sortait sa dague et en une fraction de seconde l'envoyait toucher son ennemi sur l'épaule. Maintenant elle se rapprochait de lui très rapidement, il essayait de l'arrêter en la menaçant avec son épée. Elle observait les mouvements de la lame, faut utiliser son agilité et sa souplesse. Elle sautillait légèrement de droite à gauche, elle savait que son dos est vulnérable. Elle attendait le bon moment passait sous la lame et avec l'un de ces pieds frappait violement derrière le genou de son ennemi pour qu'il le met à terre. Et se relèvait derrière et le combat à main nue s'engageait, elle faisait exprès de ce reprendre les coups. Elle devait protégée son dos, se rappeler les enseignements de Jack au combat. "Il faut penser comme Jack" être malhonnête. Le combat entre les deux devenaient beaucoup plus violent, fallait le finir et vite. Ce crétin lui envoyait de nouveau un cou dans le dos, Aloha ne montrait rien juste une main sur le dos. A voix basse elle implorait les Dieux, il lui tirait la tête en arrière près à la tuer définitivement. Mais Aloha lui planta les ongles dans sa main, se relevait arrachait sa dague de l'épaule de celui-ci. Elle courrait et faisait un peu d'acrobatie malgré la douleur de son dos. Elle faisait un saut en tournant sur elle même pour le frapper au visage avec son pied. Il reculait et se fut le moment propice, avec ces deux doigts le frappa un endroit stratégique. Il commençait à saigner du nez, elle venait de lui couper la circulation du sang au cerveau donc il mourrait dans les 2 minutes qui vont suivre. Elle atterrissait sur les mains et avec ces deux mains plantaient la dague ensanglantée sur le sol....Vue de dos, elle ne bougeait plus fatiguée et surtout elle avoir besoin de repos....Elle n'avait plus de force pour tenir debout

-Meurs...sal marin de Sparrow! Toi et ton ami...Mes amis vont vous traquez et vous exterminer...

Aloha met une de ces mains sur son dos près à exploser, il s'était bloqué peu plus bouger. Se laissais "tomber" le regard en direction du Pearl. Sa respiration est rapide, elle toussait puis ferma les yeux pour s'endormir non pour mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Tanos Delm



Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Mar 13 Jan - 1:59

Tanos était impressionné. Cette jeune femme aurait pu le battre sans difficultée au corps-à-corps, comme elle aurait pu se défendre seule face au brigand. Étrange, d'une certaine façon. Fière comme un paon dans une apparence timide, cette jeune fille était plus que prometteuse. Ainsi, les ragots proclamant que Jack ne retenaient que l'élite étaient vrais. Et si la jeune fille savait ce que devenait Jack? Le marin c'était attiré les faveurs du trafficant, plutôt que s'endetter, et il était inquiétant de savoir que pareil homme ne profite pas immédiatement des rabais du capitaine. S'il s'était attiré des ennuis, ceux-ci en causeraient aussi aux membres de son équpage. Le jeune femme n'aurait pas du tuer cet homme. Il faisait sans doute parti d'un gang, et si ce gang l'apprenait, elle serait mal. Peut de gens à Tortuga s'opposaient au membres de gangs, qui dominaient une bonne partie de la ville. Ils daisaient rarement (heureusement) de descentes au port, car là-bas quelques capitaines s'opposaient à eux de manière radicale. S'ils aprenaient que la fille qui avait tuer un des leurs était un simple médecin tout ce qu'il y a de plus vulnérable, la jeune femme serait heureuse de vivre plus d'une semaine. La capitaine observa le corps de l'homme, qui portait un signe de gang, comme il l'avait prévu. La fille était donc en danger. Observant la foule, il fit ce que beaucoup auraient pris pour un signe grossier à l'un de ses matelots qui trainait dans le coin. Celui-ci, entrainé à comprendre le jargon du capitaine, courut aussitôt à sa rencontre.

Oui capitaine?

Le matelot, au garde-à-vous, jeta un petit regard sur la dame et le corps au sol.

Cette jeune femme à du faire face à de petits ennuis, comme tu peux le voir. Néanmoins, je ne veux pas qu'elle meure. Amène-la chez moi, et fait monter la garde.

On protège les ennemis des gangs, m'sieur? Je ne veux pas vous vexer, m'sieur, mais, vous savez ce qui pourrait nous arriver si on s'oppose à ces gens là...

J'ai encore une grande influence dans les gangs de cette ville. Je devrais pouvoir les tenir à distance, où du moins les empêcher de faire trop de dégat.

Pourquoi ne pas simplement faire taire l'affaire? On courrait moins de risques...

Il y a trop de témoins... Dépêche toi, ils vont débarquer d'une minute à l'autre.

Le marin partit prestement, comprenant le risque qu'il courait. Prenant la jeune femme dans ses bras, il partit à pleine vitesse. Fesant un signe à un autre de ses marins, il lui ordonna de retrouver les autres et de les amener. Quelques hommes arrivaient déjà en groupe vers lui. Ils portaient tous le même signe de gang, et la plupart avaient des couteaux, deux ou trois des sabres. Ils vinrent aussitôt à la rencontre du capitaine, dont tous les muscles étaient tendus au maximum. Si une bagarre démarrait, le capitaine n'aurait aucune chance sans ses propres hommes. Le danger de ce genre d'affaire était passé en proverbe dans certaines région de la ville; «Si tu t'opposes à une gang, même ta mère n'identifiera pas le corps.» C'était malheureusement la vérité dans bien des cas. Les bandits se placèrent en demi-cercle autour du trafficant. Ce fut le chef de gang qui ouvrit la conversation.

On raconte que tu as protégée la cible d'un de nos hommes. On raconte également que si tu n'étais pas intervenu, le gars aurait gagner, et donc survécut. Si tu me laisses la fille, tu auras peut-être la vie sauve. C'est un bon marché, non? Une vie pour en payer une autre.

Même une dizaine de tes hommes ne pourraient faire l'équivalent de cette jeune fille. Elle est l'amie de Jack Sparrow, elle est mon amie. Cette femme est de talent, et je la garde avec moi. Ça te cause un problême?

Des marins commençaient à affluer autour de leur capitaine. Le chef de la gang grommela mais ne déclencha pas de combat. Aussitôt, Tanos et ses hommes partirent vers leur repaire. Pas question de rester plus longtemps ici. Lorsque la jeune femme se réveillerait, elle pourrait partir, mais entre-temps, le capitaine et ses hommes allaient s'assurer de sa survie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Mer 14 Jan - 0:03

Un doux rêve de liberté et de joie dans ce monde ou les conflits, règlements de compte son quotidienne. On pouvait entendre la mer, sentir le vent qui venait frapper le visage. Aussi l'odeur de l'océan, voir les vagues tout ceci dans le calme. Le soleil qui pointait au plus haut de la journée. Le calme plat devant une belle femme indigène, sa beauté était aussi fort que le soleil. Une créature de rêve, son regard rempli de flamme de la passion de la danse et du chant. Spécialité des femmes originaires des îles paradisiaques tandis que les hommes sont des guerriers or paires. Cette femme indigène portait des habits traditionnelles de danse: le Hula danse venu des îles d'Hawaï qui se trouve carrément à l'opposé des Caraïbes. Cette belle créature est en réalité la maman d'Aloha au moment de sa naissance. Son visage si fin, la couleur de ces yeux sont pareil à celle de sa fille. Une silhouette raffinée, mensuration de rêve quoi. Elle était en train de danser tout en chantant cette chanson de son pays. Le soleil éclairait la beautée de sa maman qui était une fille de joie d'après les souvenirs d'Aloha. Les seules qu'elle avait d'elle, mais d'un coup le ciel s'assombrissait. Aloha était en train de bougée dans son sommeil, elle voyait sa mère l'appeler. Lui tendre sa main, un orage éclatait accompagné d'un vent violent. Derrière son père avec un poignard qui tuait sa mère. Aloha se réveillait en sursaut en hurlant: Non. Celle-ci était en sueur, elle se rendait compte qu'elle se trouvait plus dehors mais dans une chambre. Le lit était agréable, son dos était moins douloureux. Elle pliait légèrement la jambe gauche vers l'intérieur l'autre tendue. Elle prenait ses deux mains pour toucher son pied, le bute c'est faire un peu de souplesse. ça faisait du bien de faire cela, après son étirement. Aloha se levait et cherchait de quoi réparer ces habits, de l'eau pour se laver. Elle enlevait ses bottes pour marchée à pied nue. Elle avançait vers un miroir et se regardait dedans, elle touchait légèrement ce miroir avec son doigt. Elle savait très bien pourquoi et quel gang c'était attaqué à elle. C'est la faute de son père, son père le plus pire ennemi de tout. Après la fugue de sa fille, il a voulu se venger de sa "traîtrise". Il est devenu un chef de gang, un trafiquant, meurtrier, assassin qui traque sans relâche sa propre fille quand celle-ci est revenue à Tortuga. La guerre que ce font les deux risquent fort bien de ce terminer dans une tragédie, elle a involontairement impliquée Jack Sparrow dans l'histoire. Aloha fermait les yeux et alla se laver comme elle le pouvait, elle prenait l'eau dans les mains en observant son reflet. Puis avec un sourire mitigée commençait à être complètement mouillée. L'eau était froide mais cela ne dérangeait nullement, d'après ces croyances cela libérait l'âme de tout le mal qui l'envahissait. Elle mettait dans ces cheveux une mixture qu'elle gardait toujours pour rendre ces cheveux plus propre et qui respecte l'environnement. Après cela, ce séchait par ces propres moyens. Elle remarquait des habits neufs pausé sur une chaise. Un grand sourire s'habillait puis sortait de la chambre, 2 gardes qui la regardait avec étonnement. Comment un petit bout de femme pouvait avoir réussi à gagner la confiance du Capitaine Jack Sparrow. Aloha marchait tranquillement ne sachant ou elle était, d'après ces observations. Elle se trouvait dans une sorte de planque, de repaire. Etait-elle prisonnière? Possible, elle continuait son chemin tout en croisant des hommes mais qui apparement ne la touchait pas. Au contraire, ils la suivaient. Aloha ne disait rien continuait son chemin. Elle s'arrêtait et les regardait tout. Haussait les épaules et entrait dans une grande salle rempli d'homme. Tout les personnes présentes la regardait, elle s'asseya à la table. Elle entendait parler, mais celle-ci ne disait rien tête baissée. Son père la perturbait trop, les hommes commençaient à lui pauser des questions sur sa relation avec le Capitaine Sparrow.

-Madame...est-ce vrai que vous êtes l'amie de Jack Sparrow!?

Aloha les regardait puis répondait:

-Le Capitaine Jack Sparrow? hum... "fait une tête étrange" Ho Jack .... C'est un pirate très très étrange toujours à courir de droite à gauche. Il court, il court. Juste une connaissance...

-vraiment?

Aloha fait un signe de la tête, mais sans rien dire. Puis on prononçait un nom maudit: Andrew Douglas, le nom de son père! Aloha tournait la tête en direction de celui qui a osé prononcé ce nom qu'elle haissait. Elle se levait et s'éloignait, prit une sorte de guitare tout en jouant et chantant pour patienter. Elle jouait avec un ton assez prenant, elle raconte des histoires par le chants...
Revenir en haut Aller en bas
Tanos Delm



Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Mer 14 Jan - 1:09

Le capitaine pénétra dans l'endroit en soupirant. Dans la grande salle, toutes les têtes se tournèrent vers lui d'un coup, et tous attendirent un récit de ce qui l'avait retardé Les hommes qui le suivait auraient le raconter d'eux mêmes, mais il était de coutume dans l'équipage que ce soit le capitaine le premier à parler. Celui-ci commença par poser ses deux pistolets sur une table, puis son espingole à coté. Il balaya du regard la salle et vit Aloha. Il hésita un moment, se demandant quelles réactions seraient engendrés par ce qu'il allait dire. Puis, il se décida et commença le récit.

On a rencontré Douglas et sa bande. Ils ont prétendus qu'Aloha devrait leur revenir, car c'était l'affaire de leur gang et que c'était en partie de ma faute si leur homme était mort. Nous leurs avons répondus qu'elle était sous notre protection, et que nous ne la rendions pas. Vu que nous étions dans le port et que mes hommes affluaient, ils ont battu en retraite. Malheureusement, ils sont revenus en nombre au niveau de la sixième rue de la ville, et ils ont avoué leur vrais raisons.

Tanos posa un moment son regard sur la jeune fille, comme pour la prévenir.

Andrew voulais récupérer sa fille, à ce qu'il semble. Je suis resté inflexible, et il a ordonné à ses hommes d'attaquer. Ils ont déclenchés une belle fusillade là-bas, jusqu'à-ce que d'autres gangs ce ramènent. Ils n'ont pris aucun partis et ont commencé eux aussi à tirer. Nous avons été forcés de partir après en avoir abattus deux d'entre eux. J'ai peur qu'ils n'attaquent la planque. Messieurs, on aura besoin de gardes, ce soir.

Les marins soupirèrent, puis reprirent leur discussion, un peu moins fort. Tous savaient qu'une attaque impliquait sans doute encore d'autres morts, mais aucun ne fit de reproche à la jeune fille. Plusieurs des leurs avaient étés blessés, alors désormais c'était une affaire personnelle. Il y aurait bientôt des combats dans la ville, à moins que Tanos ne puisse désamorcer le conflit grâce à ses talents de diplomate, encore que ce soit peu probable, à partir de maintenant. Le compte des morts devait en être à dix, maintenant, car la bagarre dans les rues ne devait pas être finie. Les gangs formaient, d'une certaine manière, l'une des trois organisations les plus puissante de Tortuga, avec les pirates et les gens du marché noir. S'opposé à l'un des plus puissants d'entre eux était dangereux, car ce gang comptait presqu'une cinquantaine de membres. Cela ne changeait pas grand chose, car le capitaine Tanos avait des alliés dans toutes les ramifications de la ville. D'une certaine façon, lui et ses hommes formaient une sorte de gang, parmi les plus influents de la ville. Le vrai pouvoir du capitaine résidait dans la politique, tandis que celui des hommes d'Andrew vivait plutôt au coeur des armes. Mais la jeune en valait la peine, Tanos en était sûr. Elle serait à la hauteure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Mer 14 Jan - 14:06

Aloha levait la tête quand Tanos arrivait, quand il commençait son discours sur Andrew son père. Aloha faisait une fausse note et sortait à voix basse un juron. Son père va se rappliquer ici ce n'était pas bon du tout pour elle. Elle écoutait tout le récit jusqu'à la fin, elle marmonnait toute seule dans son coin. Par sa faute, ils vont tout être massacré par la folie de son père. Elle soupirait puis comprenait qu'on avait besoin de son aide de médecin. Elle se levait déposait la guitare, se rapprochait de Tanos du haut de ces 1m69. Lui demandait ou se trouvait les blessés, elle allait donner un coup de main aux médecins présent. Elle était emmenée vers les blessés par balles ou par le sabre, elle enlevait son tricorne le pausait sur une table. Empruntait le matériel présent et se mettait au travail. Elle s'approchait d'un blessé, l'examinait celui-ci la regardait dans les yeux. Il était touché à plusieurs endroit par balle. Il faut les extraites, désinfectée et guérir. Elle s'asseyait près de lui, prenait sa dague tout en commençant à aller chercher les balles. Elle restait sérieuse et concentrer, à chaque fois qu'elle enlevait une balle. Elle nettoyait et désinfectait avec du rhum. Le pirate en question l'observait faire, elle avait du talent. Les autres médecins la regardaient faire, sa réputation de médecin de Tortuga était vrai. Elle avait voué sa vie à la médecine mais aussi voué sa vie à la cause des Pirates. Elle essayait d'en sauver le plus possible, c'est aussi pour cela qu'elle avait été engagée sur la Perle Noir. Il est vrai les critères de sélection de Mr. Sparrow sont stricte. Accepté de suivre les ordres d'un pirate, ne pas craindre de mourir en mer et savoir se battre. Il y avait aussi une autre raison pourquoi le Capitaine Jack Sparrow l'a acceptée, parce qu'elle est une bonne médecin très utile sur son précieux Black Pearl. Après avoir soigné le premier blessé, celui-ci lui attrapa le bras.

-C'est donc vrai? Vous êtes matelot du Black Pearl?

Tout les regards était sur Aloha, elle ne pouvait pas rester dans le silence...

-Je suis médecin sur la Perle Noir, je suis sous les ordres du Capitaine Jack Sparrow....

-Incroyable... vous travaillez pour lui. Sacré Sparrow, la légende qui tourne autour de lui est vrai. Il a l'élite, il ne prend que les meilleurs...Nous connaissons le Capitaine Jack Sparrow, mais il nous avait jamais parler de vous.

-Normal Jack ne parle pas vraiment de ces matelots à par de Mr. Gibbs son second. Pas mal d'année que je suis sur son mystérieux navire.

-Mais que vous veux votre père?

Aloha s'était déplacée et soignait un autre pirate, elle devait lui remettre un membre en place.

-Mon père? pfff je ne sais même plus si c'est mon père...Se qu'il me veux? c'est très simple...Il veux ...ma mort tout simplement. Me rendre esclave pour y être torturé sans que personne ne puisse intervenir. Et après quand il m'auront bien fait souffrir, soit tué sur place soit envoyé à l'ennemi pour y être pendue...

On la regarde, puis Aloha se mettait en position pour remettre en place le membre du pirate en question. Son regard était triste, elle s'était mise dans la mouise toute seule. Mais voilà, son père va savoir qu'elle connait Le Grand Capitaine Jack Sparrow par sa faute! Elle soupirait et continuait son travail sans trop savoir se qui se passait dans la planque. Après plusieurs minutes interminables, Aloha se levait se mettait à une table et commençait à écrire une lettre. Elle savait lire et écrire, ce n'était pas une analphabète. Prenait une plume et écrivait quelque chose. Des larmes coulaient le long de ces joues. Elle finissait de l'écrire puis entendait hurler son nom dans toute la planque, c'est son père qui lui criait dessus. Elle restait là, se mettait à chanter: Hoist The Colours If Freedom Was Lost. Elle retournait et voyait sur sa tête un pistolet, elle ne disait rien. Un traitre qui veux sa pars du butin, oui sa tête est mise à prix. Ramener morte si possible pour environ 25 milles shilling. Aloha reculait et fixait le pistolet du regard, les autres présents était stupéfait. Il voulait tout les tuer, trop de témoins. Aloha insista sur le fait qu'ils n'avaient rien fait, il la frappait mais celle-ci se décidait à se défendre avec les moyens du bord. Et cet idiot mettait le feu qui se propagea rapidement, ils étaient prisonniers des flammes. Aloha vola un pistolet et tira dans la jambe du traitre. Il prenait la fuite, Aloha aidait les médecins à évacuer les blessés, 4 avait succombés. Elle s'était battus pour les sauver. Elle se rapprochait de la sorti qui venait d'être bloqués par la chute de bois. Le feu grandissait vite, notre médecin fonçait en direction de la sortie pour débloquer le passage. Elle se déboîtait l'épaule pour dégager la seule sortie. Elle les faisait passer les uns après les autres, puis remarqua que l'un d'eux était rester en arrière. Le bois rempli de flamme tombait, elle courrait le chercher. Elle le portait sur son dos le petit dernier juste derrière une poutre tombait. ils évacuèrent les lieux pour aller ailleurs. De toute façon Aloha était coincée, les combats avaient malheureusement débutés. Elle prenait au passage un mousquet pour les défendre, les combattants arrivaient de partout. Aloha fermait la marche avec le blessé sur son dos, fallait trouver un moyen de ce libérer. De les sauvés coûte que coûte, de toute façon elle a goutté au péché originelle. Celui d'aimée, d'aimer l'homme le plus fou de la terre. Des tires se faisaient, Aloha se cachait au bord du mur. Elle allait les retarder pendant que les autres fuiraient:

-Partez! Aller vous cachez, je vais les retenir un moment. Aller dépêchez-vous ne restez pas ici...Donner cette lettre à Tanos, elle ne doit pas tomber entre les mains de mon père c'est clair! Il devra la transmettre à Jack Sparrow, il va revenir au Port mais quand je sais pas. Aller houst!

Notre pirate au grand coeur amoureuse de son Capitaine, prend son mousquet le préparait et tirait pour calmer les esprits derrière. Elle espérait ne pas se faire attraper sinon sa punition sera pire que la mort...
Revenir en haut Aller en bas
Tanos Delm



Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Jeu 15 Jan - 1:06

Alors que Tanos et ses hommes discutaient dans la salle principale, ils entendirent les cris de Douglas. Il était dans la ruelle. Deux ou trois coups de feux résonnèrent, et les gardes entrèrent en catastrophe dans la salle. Les bandits les avaient menacés les hommes dehors, et les avaient forcé à rentrer. Puis, une odeur de fumée se fit parvenir depuis le deuxième étage. Un homme à la jambe blessée entra et hurla qu'on avait mit le feu. D'un coté, les flammes, de l'autre, les bandits, qui voulaient les garder à l'intérieur. Quelqu'un avait bloqué la porte de l'extérieur. Dans un juron sonore, le capitaine Griffe monta à l'étage, et découvrit les flammes, qui se répandaient. Il divisa aussitôt les équipes: les matelots devraient utiliser les réserves d'eau pour éteindre le feu, pendant que trois hommes partiraient chercher Aloha et ceux qui l'accompagnait. Les autres allaient forcer le passage devant le bouquet pour trouver l'eau nécessaire à l'extinction des flammes, car les quelques barils du capitaine ne suffiraient pas. Aussitôt, les groupes se séparèrent, et Tanos descendit en bas. Quelques hommes étaient en placer aux fenêtres et tenaient éloignés les bandits qui s'approchaient un peu trop. Commençant déjà à charger ses pistolets, le capitaine commença à distribuer ses ordres.

Les gars, on va faire une sortie. J'aurai besoin d'une couverture sur mes flancs, et quelques sabreurs pour pêter le décors dans leur abris! Rico, cessez de perdre votre temps sur cette porte et faites-la sauter!

Une puissante détonation retentit à travers la salle, et les hommes de Tanos sortirent. Ouvrant le feu à volontée sur les brigands qui se tenaient stupidement en cercle avec des sabres devant-eux. Le quart des bandits étaient morts avant de qu'ils ne commencent à réagir, et une autre partie l'était lorsqu'ils arrivèrent au corps-à-corps. Un sauvage affrontement s'engagea, et au milieu du combat se joignirent à la bataille les matelots, qui n'avaient plus d'eau pour stopper les flammes. Après un cours moment de combat, un cri retentit derrière les lignes des brigands et ceux-ci battirent en retraite. Aussitôt, les hommes du capitaine se dispersèrent, puis ramenèrent des tonneaux de presque toute la ville. L'eau n'était pas potable, mais cela n'avait aucune importance. Le capitaine rentra et inspecta l'étage en vitesse. Le feu allait être contôlé. Mais...

Où sont les hommes qui étaient coincés derrière les flammes avec Aloha?

Pas de nouvelle, m'sieur.

Tanos jura et s'enfonça dans les flammes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Jeu 15 Jan - 16:55

Les hommes blessés qui était avec Aloha avait réussi à fuire, celle-ci avait tenue pendant un moment à distance l'ennemi. Mais malheureusement, les réserves de poudres étaient à sec. Son arme était inutilisable. Elle poussait un juron et tentait de fuire par le toit, arrivait en haut et observait ce qui se passait depuis ou elle se trouvait. Des combats partout, elle entendait du bruit. Ils arrivaient, Aloha cherchait du regard ou était passés ceux qui était avec elle. Introuvable avec tout ce monde! Elle cherchait un moyen de fuite comme fait généralement Jack Sparrow en cas de problème. Elle cherchait la solution, une échappatoire. Elle tournait en rond puis trouvait un talus en dessous mais vu la hauteur c'est impossible de sauter. Elle regardait le ciel, toujours aussi orageux mais sans pluie. L'ennemi réussissait à monter sur le toit, Aloha était prise au piège la pauvre femme. Le regard noir et jeta un oeil là ou elle avait vu le talus. Ils commençaient à lui tirer dessus. La matelot de Jack est presque aussi cinglée que lui et son équipage, elle courrait jusqu'au bord du toit. Fait un signe digne de son Capitaine et se laissait tomber. La chute était très douloureuse, Aloha entendait un gros crack. Elle roulait vite jusqu'à s'arrêter par elle-même, elle ne bougeait plus. La douleur était terrible, elle craignait que sa jambe était cassés vue la violence du choc. Elle essayait de bouger pour voir les dégâts, elle se touchait pour voir qu'est-ce qui était blessé. Son bras gauche, elle ne le sentait plus. Une chance pour elle d'être encore entière. Puis elle entendait des pas se rapprocher, est-ce Tanos? Mais non ce n'était pas lui, d'après les silhouettes. Il y avait une femme accompagnée de 4 hommes armés, Aloha sentait qu'elle n'allait pas aimer cela du tout! La femme faisait signe de lever la pirate au sol, Aloha secouait la tête. Mais quel était sa mauvaise surprise, la femme en face lui ressemblait comme deux gouttes d'eau pure. Aloha se demandait si elle était en train de rêver ou d'halluciner. Déjà en état de choc par sa chute et maintenant par sa sosie parfaite ou sa soeur jumelle?

-C'....est.....impossible!

-A c'est donc toi Aloha...Ta réputation te précède. Je suis ta soeur jumelle Aloha...Il faut toujours que ce soit moi qui répare tes dégats crétine! Ho mais ne t'inquiète pas Papa sera content de te revoir encore en vie..Tiens tiens tiens...Regardez moi ça... tu te tatoue n'importe quoi. Laisse-moi devinez non non ne dit rien. Tu es en contact avec le Capitaine Jack Sparrow, dommage pour lui, il va perdre une traitresse...Ho tu ne seras pas une grande perte pour tout le monde. Aller emmena-là vers père tout de suite!

Aloha a un regard haineux contre sa soeur jumelle, mais comment était-ce possible? Donc sa maman avait eu 2 filles mais l'une des deux avait été cachés. ça va compliqué encore plus les affaires. La petite Aloha le surnom donner par Jack soupirait et essayait de faire quelque chose pour qu'on l'aide. Elle hurlait mais sa voix était étouffer par le vent, sa soeur se nomme Kolina Ihnoe. Elle volait à sa soeur des effets personnelles dont les 2 talismans, le collier, sa dague. Pour donner l'illusion parfaite, Kolina partait rejoindre Tanos laissant sa soeur se faire traîner de force dans le repaire de son horrible père. Aloha observait le sol tout en se faisant traîner, elle se maudissait:

"Pourquoi cette chute ne m'as pas tuée! J'aurais mille fois préférer mourir que de devoir subir ce qui va m'arriver..."

Les quatre hommes qui traînait Aloha l'emmenait vers son père, on lui informait que sa fille avait été capturée vivante. Ils battaient donc en retraite dans leur repère qui se trouve dans la ville même de Tortuga. Dans le quartier ou avait grandit Aloha avant sa fugue pour échapper au maltraitance de son père. Ils arrivèrent donc tout dans le repaire, Aloha était traitée comme une prisonnière. Fer au pied et au main, son père faisait la fête assis sur un espèce de trône. Autour les convivent, ces hommes de mains, les gangs alliés. Sa fille était emmenés et presque jetée à terre sous les rires des personnes présentes. Aloha relevait la tête et observait son père avec sa fierté bien sûr sans dire un seul mot. Cela agaçait son père du faite qu'Aloha ne disait rien, elle ne fait que de le regarder. Pour la faire parler, Andrew ordonnait qu'on la frappe jusqu'à qu'elle se décide à dire quelque chose. Aloha se protège le visage, la tête enfin se qu'elle pouvait du mieux possible. C'est l'humiliation pour Aloha, elle devait faire quelque chose:

-Très bien.... que me veux-tu?

-Haaa Aloha sait donc parler...tu as donc changée ... mais pas en mentalité. Toujours la même, la faiblarde de la famille. Et d'après mes informateurs, il paraît que tu as osez être l'amie du Capitaine Jack Sparrow. Je ne te croyais pas aussi débile à se point pour être l'amie de cet homme! Tu es la honte Aloha! Et pour te faire comprendre, je te donne le choix soit tu te soumet totalement à ma volonté est tu en resortira pas trop amochée. Soit tu refuse est nous t'enverrons voir la EITC qui serais très content de t'avoir comme cadeau mais avec aucune garantie...HAHAHAHAHA

Aloha fronçait les sourcils, pas question de ce soumettre peu toujours rêver et encore!

-Je préfère me voir entre les mains de la EITC car je suis sur qu'il me traitais beaucoup mieux que toi pauvre fou!

-Très bien ... dans 48h un de nos navires partira pour Port Royal. La récompense sera autant plus grande...En attendant Messieurs faite d'elle se que vous voulez!

Aloha fermait les yeux une fraction de seconde, va devoir tenir le choc pendant 48h sa risque d'être compliqué. Réouvrait les yeux, ces yeux rempli de mystère. On attrapait la pirate, on lui enlevait ces habits pour la mettre nue! Cela ne fait qu'amplifier la haine d'Aloha envers son père et tout ceux qui sont présent. Effectivement, il y avait beaucoup de tatouage étrange sur son corps. La petite matelot de Jack devait se méfier, personne avait le droit de la toucher. Ce qui était aussi visible c'est les marques de maltraitance, le problème. Elle était seule, faudrais se défendre mais avec quoi. Sa jambe cassée va pas l'aidé, les hommes se rapprochaient. Aloha les regardait faisait une tête stupidos, ne pouvait pas bouger. LA seule chose, elle était emmener dans une petite salle en face. Main au mur, chaîne au pied mais tourner de dos. Elle savait se que cela signifiait, torture au fouet. La matelot de Jacky, se préparait mentalement a subir les coups. On donnait le fouet à son père, Aloha tournait légèrement la tête et demandait une dernière chose avant de ce faire taper dessus:

-Ou est Maman? Tu ne l'as pas tué j'espère...

-Makelina? Haaa ta cher mère...elle est partie à ta recherche après ta fugue. Mais n'ayant pas su te trouver, elle a .... disparue par ta faute!

-Quoi? Maman serais partie à ma recherche sans que je le sache...Tu raconte n'importe quoi... Je paris tu l'a vendue comme esclave dieu sais ou encore...Je doute même qu'elle soit encore en vie...

-Tu es très perspicaces...mais pas aussi bête que je le pensais...hihihihi

-Assassins! Meurtrier! Tu ne mérite même pas que les Dieux aye pitié de toi!

-Assez!

Aloha se reprenait le premier coup de fouet, elle faisait une grimace. le temps passait, les coups étaient beaucoup plus douloureux vu l'espace de temps et que son père arrachait la chair du dos de sa fille. La médecin appuyait sa tête contre le mur tout en essayant de penser à autre chose. Les larmes coulaient le long des joues, tout en écoutant derrière les moqueries et l'humiliation. Après cette superbe... séance, on s'amusait on lui lancer des bouteilles remplis de rhum. Il est complètement malade son père! Du rhum! c'est de l'alcool pure! sur des blessures sur son dos ça va être terrible à supporter. Ferma les yeux au moment ou elle se recevait le rhum dessus. Elle ne pouvait s'empêcher d'hurler de toute ces forces, tellement la douleur était terrible, son corps tremblait. Elle n'en pouvait plus, la douleur était trop forte. Les larmes coulaient sur son visage sali par la boue. La petite Aloha venait de perdre connaissance, encore plus vulnérable à la folie de son père. Sur son dos, le sang mélé au rhum. Les heures sont en train de passer dangereusement, on jetait Aloha dans une cage beaucoup trop petite pour sa taille toujours nue. Sans rien à manger, sans rien à boire... Et le jour n'allait pas tarder à se lever. Elle avait besoin d'aide que quelqu'un n'importe qui vienne. Les rayons du soleil commençait à se lever, ceux-ci frappait le visage de la pauvre femme. Cette luminosité donnait l'impression qu'elle voyait et entendait sa mère lui parler. Aloha se mettait à chantonner "Aloha oe" à moitié consciente. Un petit sourire forcé. Elle restait là pendant une bonne partie de la journée, puis le soir venue on décidait de la chercher pour la préparer devant la EITC. On la sortait de la cage, mais elle sentait beaucoup trop le rhum. Il fallait se débarrasser de ce problème génant. Fallait brûler le rhum disait son père, très mauvaise idée. On prenait une torche en l'approchant d'Aloha qui ne se préoccupait plus de ce qu'ils faisaient. Son pauvre corps déjà meurtri s'enflamma aussi vite qu'il en fallu pour dire ouf. Son père eu un rictius nerveux et se mettait à rire. 10 courageux hommes se décidèrent enfin à réagir. ils prirent une couverture pour étouffer les flammes. 20% du corps brûlée, fallait la sortir de ce pétrin. Son père remarquait que ces hommes là, n'était pas des siens! des espions engagés pour surveiller Andrew du plus grand chef de gang de l'histoire de Tortuga. Andrew faisait beaucoup moins le malin, il ordonnait qu'on les tue et qu'ensuite on se débarasse des preuves. On se débarassait de la pauvre Aloha dans coin de ruelle complètement nue et brûlée, remplie de boue. Elle n'avais plus beaucoup de cheveux. Mais toujours en vie, l'audace de survivre...Comme sa défunt mère. Que va-t-il lui arriver? Seule dans l'ombre remplie de boue, de sang, de rhum et de brûlure. Se qui l'inquiète c'est Tanos avec sa soeur. Elle essaye de bouger, de faire quelque chose. Elle se traine comme elle peux, sans voix pouvait pas faire grand chose.
Revenir en haut Aller en bas
Dean Clesh
Bon marin


Nombre de messages : 43
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2009

Feuille de personnage
Argent: 85 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Jeu 15 Jan - 17:27

Dean comme prévu, voulait savoir ce qui se passait du côté du port, il marchait paisiblement, quand soudainement 4 hommes coururent vers lui au loin, Dean se planqua instinctivement derrière un tonneau et attendit, il entendit juste quelques paroles quand ils passèrent devant lui...

- Vite faut prévenir les autres ! Ils vont le payer !

Dean sortit de sa cachette et regarda les hommes, ils ? Qui cela pouvait bien être ? Dean marcha cette fois avec discrétion, il longea les murs des ruelles, il grimpa au-dessus de murs qu'il connaissait parfaitement, pour y avoir vécu toute sa vie à Tortuga et traversa une petite place. Il regarda et vit quelques traces de sang à terre, pas de doute, des bagarres avaient éclaté ici. Dean avait son pistolet et sa dague au cas où.
Il continua, curieux comme il l'était et il entendit encore des coups de feu, cette fois c'était tout proche. Des hommes portant des insignes d'un sérieux gang de Tortuga marchaient dans sa direction, Dean courut se cacher, tout seul il serait tué... Les hommes marchaient en cadence, ils devaient être pressés, ils devaient être en train de prendre quelqu'un en chasse, mais qui, cela Dean l'ignorait. Il était même gêné pour l'inconnu, connaissant bien ce gang pour l'avoir déjà échappé une ou deux fois dans les quartiers de Tortuga.

Dean tourna à l'angle et grimpa à une échelle d'un vieux bâtiment. Si la rue n'était pas déserte ou quelque peu habitée, on l'aurait pris pour un brigand mais Dean voulait seulement savoir ce qui se passait sur son île natale. Il entendit des bruits de pas, deux hommes étaient en train de courir et au loin encore des coups de feu, pas de doute, il y avait deux clans qui s'affrontaient. Une détonation survint à quelques centaines de mètres de Dean, c'était à droite de sa position. Il entendit à nouveau des coups de feu et il descendit de l'échelle et courut vers l'origine de la détonation. Des hommes couraient en tout sens vers lui, certains avaient des sceaux d'eau d'autres étaient en train d'en ramasser.
Dean vit un marin qui s'arrêta vers lui, il lui dit rapidement.


- Reste pas là p'tit gars ! C'est pas un endroit pour toi, à moins que tu ne souhaites recevoir une balle perdue !

- Vous inquiétez pas pour moi, je connais mieux la ville que vous apparemment, car il y a plus d'eau en tournant à gauche à l'angle de cette ruelle.

- Sympa l'ami ! Mais je te conseille tout de même de déguerpir, si tu dis bien connaître la ville !

- C'est après vous que le gang en a ?

- Oui, mais désolé là on doit faire vite, on a un feu à éteindre.

Le matelot partit rapidement chercher des seaux d'eau et Dean partit de là où venait le marin. Il continua sa course jusqu'à voir un bâtiment qui brûlait en haut. Des bandits étaient en train d'accourir au loin de la ruelle Ouest. Dean courut vers le bâtiment, et certains bandits qui s'étaient rapprochés tirèrent sur lui, Dean se protégea derrière un mur et une balle passa à ras de Dean. Dean prit son pistolet et tira le pied d'un homme du Gang qui abandonna sa course. Dean remit une balle et se prépara à tirer à nouveau mais décida de rentrer dans le bâtiment pour porter secours à d'éventuelles personnes en danger.
Il monta quelques marches et des hommes le regardèrent en pointant leurs armes sur lui. Dean lâcha son pistolet et leva ses mains.


- Heu, je ne suis pas un des leurs, mais dépêchez-vous, ils arrivent avec plus de personnes, laissez-moi vous aider.

Dean regarda les marins qui hésitaient avec leur arme. Dean ne tenta pas de reprendre son arme, attendant l'accord des hommes. Ces derniers en l'absence de leur chef, et le moment s'y imposant, ils laissèrent Dean les aider. Il reprit son arme et se planqua derrière une porte, deux brigands arrivèrent et au dernier moment, Dean donna un violent coup de pied à la porte qui claqua sur les deux hommes qui tombèrent inconscients. Il sortit du bâtiment et tira sur un homme qui prit la balle à l'épaule. Un deuxième regardait derrière lui, des hommes faisaient signe qu'ils avaient apparemment attrapé quelqu'un. Dean était intrigué et ne comprenait pas tout de suite, à moins que la personne qu'ils recherchaient venait d'être attrapée.

Dean fit signe aux marins qu'il n'y avait plus de danger pour l'instant, les marins s'empressèrent d'éteindre le feu, quant à Dean il décida de suivre de loin les hommes qui emmenaient la personne. Dean suivit les hommes qui allèrent dans un repère, encore un ! Il entendit des paroles et des hurlements pendant des heures. Il commençait à s'assoupir et des hommes sortirent du repère, il se tapit dans l'ombre, à l'abri des regards et à nouveau des heures s'écoulèrent jusqu'à ce qu'il vit des hommes qui lancèrent une personne dans la boue. La nuit était presque totale, Dean décida d'aller voir la personne blessée.
Il s'agenouilla et reconnut une fille derrière un corps meurtri par des tortures.


- Ca va mademoiselle ?

C'est tout ce qu'il put trouver sur le moment et décida de l'aider à se relever. Il la releva mais comme les hommes n'allaient pas tarder à nouveau à sortir il préféra l'emmener dans une ruelle un peu plus loin, en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanos Delm



Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Ven 16 Jan - 1:02

Cela faisait des heures que le combat durait. Au tout départ, c'était un simple corps-à-corps assez équilibré, mais des renforts ennemis étaient venus, et d'autres encore. Tanos avait été obligé de retirer ses troupes dans le batiment, et d'ouvrir le feu sur tout ennemi passant à portée. Lui et ses hommes avaient passé des heures à tirer sur l'ennemi sans retenue, avec pour seule compagnie les hurlements des agonisants, désormais nombreux dans la rue. Les brigands, quand à eux, avaient "empruntés" les habitations du coin pour eux aussi se mettre à l'abri. Le moral des hommes de Tanos baissa très rapidement, car ils n'avaient plus de voie de sortie. Le capitaine avait été obligé d'envoyer un messager à des amis, mais cet homme avait peut-être été coincé à l'heure présente. Puis, ils avaient constaté la disparition d'Aloha, puis la découverte d'un traitre parmi eux (Sabal, qui avait tuer trois hommes avant de succomber, emportant avec lui les dernières grenades de l'équipage), et finalement le capitaine qui se prit un méchant coup dans l'épaule. Au présent moment, une dizaine d'hommes se tenaient aux fenêtres à tirer, une vingtaine dans de petits lits à attendre que les médecins s'occupent de leur cas. Tout les autres étaient affalés un peu partout dans la salle, les pistolets bien chargés et prêts à servir. Le capitaine, qui avait désormais une mine sinistre avec son bandage, avait délaissé le pistolet pour l'espingole, qu'il avait bourré de mitraille à canon. De temps à autres, un cri résonnait dehors, quand se n'était pas à l'intérieur. S'il était possible d'assiéger une simple planque, l'exemple était bien là.

Soudain, un concert de hurlements et de coups de feux résonna dans la rue. Puis, une grande détonnation retentit. Aussitôt, tout les marins se portèrent aux fenêtres: quelqu'un avait fait sauter des barils de poudre devant les batiments occupés par l'ennemi. Des hommes se répandaient dans les rues, tirant sans retenue sur les membres du gang. Lorsque Tanos remarqua l'emblême des hommes qui se battaient dans la rue, un sourire apparut sur ses lèvres; ce n'étaient pas les renforts attendus, mais les propriétaires d'une des habitations, la seule à ne pas avoir sautée. Donnant l'ordre à ses hommes de sortir pour se joindre à leurs sauveurs, le capitaine donna de l'espingole. Le coup de feu retentit comme le tonnerre et il fut propulsé au sol, comme sa cible et l'homme à coté de lui, d'ailleurs. Bien vite, les bandits prirent la fuite avec quelques hommes derrières eux. Content du tournant pris par la bataille, il se tourna vers le chef des hommes qui lui avait porté assistance.


Merci d'être venu à notre aide. Je suis désolé d'avoir légèrement endommagé votre batiment...

Ya pas d'mal, petit. J'ai jamais aimé le gang Douglas, pourquoi je commencerais maintenant? Au fait, qu'est-ce qui t'a mené contre eux?

Tanos jura. Sans répondre à l'homme, il rassembla les troupes restante qu'il avait et organisa la recherche d'Aloha, ajoutant, au passage, que celui qui la retrouverait serait récompensé, mais que s'il trouvait celui qui l'avait pris, il lui définirait le mot "douleur" à sa manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Ven 16 Jan - 3:19

Aloha était aidé par un inconnu d'après se qu'elle pouvait entendre et voir. Qui était-ce elle ne le savait pas! Quand il lui demandait si ça allait, Aloha essayait de sortir un son mais elle n'y arrivait pas. Elle levait bêtement son doigt et faisait signe que non ça n'allais pas du tout. Après que Dean l'avait transporter en sécurité, elle essayait de communiquer avec lui. Elle ne pouvait pas tenir debout assise contre le mur. Elle regardait son bras gauche maculée par le sang, les brûlures... Le seule moyen pourqu'il puisse comprendre c'est les signes, lui montre ces yeux à elle puis les siens et son bras. Malheureusement une bonne partie de son tatouage a été brûlé, il ne reste que le bas de la Perle Noir et du J qui désigne le Capitaine Jack Sparrow. Aloha espérait qu'il avait comprit, ensuite fallait dire son nom. Chose beaucoup plus compliqué, le regardait dans ces yeux. Elle essayait de le lui dire, mais à chaque fois grimace de douleur et se tiens le cou. Elle réfléchissait à une autre technique, lire sur les lèvres. Elle attirait de nouveau son attention sur elle pour qu'il puisse comprendre son nom. Ensuite lui montrait ces initials "AI" Aloha Ihnoe. Aloha toussait et crachait du sang, appuyait la tête contre le mur son regard triste et mélangée avec de la colère. Aloha considère Jack Sparrow comme un Dieu vivant, donc elle le vénère dans un certain sens. Se demande pourquoi il l'a abandonné, cette souffrance injuste cruelle et sans pitié. Elle arrive encore à verser des larmes, regardant cet inconnu et pensait qu'il n'y avait pas que des salopards sur cette terre. Elle lui prenait la main et lui tapotait dessus pour lui dire en gros "Ne t'en fait pas pour moi..."Elle ne veux pas qu'il la laisse là toute seule, si elle devait mourir ce serais pas abandonnée comme une pauvre chaussette. Ses doux yeux rempli de mystère, les gens savent plus sur Andrew son père que sur elle et sa mère. Elle devait se mettre en paix avec elle-même. Elle fermait les yeux et dans sa tête, chantonnait des chansons de piraterie et celle de son pays d'origine. Elle respirait lentement et calmement, Dean pouvait voir sur le bras droit la forme du P. La tête légèrement levé vers le clair de lune, pendant une fraction de seconde qui semblant durée une éternité Aloha se sentait bien étrangement bien. Ces soucis étaient loin, cela semblait être le paradis d'un coup. Tout devait calme et silencieux, elle avait l'impression de sentir une douce chaleur l'enveloppée alors qu'elle était en train de trembler de froid. Se repentir de ces péchés, c'était agréable... Son cerveau était en train d'halluciner, elle était en train de ce voir près de l'océan sur une plage assise appuyée contre un cocotier. Elle sentait un drôle de goûts dans sa bouche celui du sang qui coulait. Dans son hallucination Aloha voit la mer turquoise, habillée en danseuse de Hula. Elle voyait sa mère qui lui disait qu'il ne fallait pas abandonnée son destin. Elle croyait que c'était sa maman qui disait cela, mais non c'était Dean. Alors Aloha pointa du doigt le soleil ( en réalité la Lune ), bougeait légèrement la tête avec un sourire. Elle souriait Aloha, des petits yeux doux. Le sang continuait de couler sur les côtés de sa bouche, elle glissait du mur n'ayant plus la force de rester en place. Puis toujours en hallucinant avait l'impression de voir et t'entendre son Capitaine l'appeler. La petite Aloha continuait de sourire en direction de celui qui l'appelait au loin. Aloha voulait répondre et réussi juste à dire mais avec peine:

-Aloha... oe...Jack...( Adieu Jack )

Ces yeux se fermait tout seul mais avec se sourire, cet impression de ce sentir bien. Elle ne savait pas du tout qui lui parlait, elle comprenait juste qu'il y avait un attroupement de personne autour d'elle. Elle n'était plus complètement nue, Aloha croyait que c'était Jack qui lui parlait. Son regard de pitié, sa main ensanglantée et brûlée attrapait celle qui la soutenait. Légèrement surélevée, elle appuyait sa tête sur le bras. Elle essayait de dire quelque chose, mais on lui disais de ne rien dire et que tout était fini. On demandait à Dean se qui c'était passé, pour Aloha se moment là était le plus beau de sa vie. On la secouait sans trop la brusqué encore parce qu'elle est en train de passer dans l'autre monde. La petite matelot avec sa petite main toute douce, caressait la joie de celui qui se battait pour la maintenir en vie. Sa joue avec le sang de la pauvre Aloha, il tenait la main de la petite Aloha surnom que lui à donner Jack. Ou la petite infirmière venue d'ailleurs. Ces forces l'abandonnèrent, Aloha se sentait étrange. Levait la tête en direction du visage de son "Capitaine" tout autour ça s'activait, ces yeux finissaient par ce fermer. Sa main glissait du visage de celui qui l'a accompagné qu'elle prenait pour Jack pour finir par tomber au sol. Sa tête "tombait" sur le bras...Aloha était entre la vie et la mort. Les marins se pressent et parlaient entre eux. Et l'un d'eux sortait une phrase mythique que beaucoup de marin avait entendu mais, ils ne connaissaient pas l'auteur:

-Même dans les ténèbres les plus obscurs, il y a toujours de l'espoir....

-Des années de guerres entre ces deux là, et il faut que ce soit la fille qui en paye les frais...

Il y a de la colère, de la haine et un certain esprit de vengeance. Comme disait Aloha quand elle était encore capable de parler " On ne s'attaque pas impunément à un allié(e) ou l'équipage du Capitaine Jack Sparrow!" Et pourtant elle était encore en vie, juste dans le coma...
Revenir en haut Aller en bas
Dean Clesh
Bon marin


Nombre de messages : 43
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2009

Feuille de personnage
Argent: 85 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Ven 16 Jan - 18:24

Dean voyait bien que la jeune femme était en très mauvaise santé, et lui n'avait aucune notion de médecine à part panser des petites plaies avec des bouts de tissus... Il regarda impuissant la jeune femme. Il tentait de comprendre ce qu'elle essayait de lui dire. Elle lui montrait son bras ensanglanté, Dean prit son bras et arracha un bout de son pantalon pour tenter d'arrêter momentanément le saignement. Ceci fait il essaya de lire sur les lèvres de la fille, il ne comprit que le A qu'elle tentait de faire mais il ne comprit pas la deuxième lettre. Il aperçut aussi un P significatif des pirates, était-ce une pirate également ? Il vit aussi le reste d'un J, beaucoup de pirates avaient le nom commençant pas J mais Dean n'en connaissait pas beaucoup et le seul qu'il connaissait réellement c'était Jack Sparrow un pirate à moitié fou à ce qu'on racontait à Tortuga. Dean avait surtout entendu parler de Jack Sparrow par son père qui l'avait déjà croisé, c'était un pirate aimé de son équipage, quelqu'un de peu ordinaire, il était très amusant, son père avait beaucoup insisté sur le mot amusant. Dean souriait intérieurement, repensant à la scène, mais se remit vite à la réalité. En effet, il devait sauver la prénommée A...
Dean réfléchissait s'il devait la laisser là pour aller chercher de l'aide mais il savait que la planque n'était pas sûre, et comme il ne voulait pas entendre à nouveau les cris de douleur de cette demoiselle, Dean préféra partir avec elle.

Dean prit la fille dans ses bras et tenta de la faire rester consciente. Elle commençait à délirer peu à peu, il fallait que Dean aille voir quelqu'un et vite mais qui dans cette ville déserte où soit tout le monde dormait, soit des clans s'affrontaient sans relâche ! Dean tenta tout de même de sortir de leur cachette, il transporta la jeune femme dans ses bras, le sang commençait à couler sur lui. Il courut le plus vite qu'il le put en prenant soin de ne pas tomber. Il enjamba un tonneau sur le sol, traversa une allée et continua dans la direction du bâtiment en flammes de tout à l'heure, si quelqu'un pouvait l'aider ce serait là-bas. Il continua sa course effrénée.

Il regarda dans toutes les directions de peur de tomber sur des brigands. Dean vit de la lumière loin devant lui, il comprit qu'il était presque arrivé au bâtiment. Il se dépêcha de regagner ce dernier pour espérer trouver des médecins pouvant soigner cette jeune femme mal en point. A ce moment il croisa des personnes qui étaient en face de lui, c'était les matelots du bâtiment de tout à l'heure. Il y avait également d'autres personnes dont un qui semblait être plus gradé que les autres. Les hommes étaient tous armés, ils devaient chercher quelqu'un ou bien devaient tenter vainement de poursuivre les hommes du gang. Dean tout haletant regarda l'homme qu'il ne connaissait pas et lui dit avec précipitation.


- Vite aidez-moi ! Cette jeune femme est en grand danger !

Dean regarda les hommes, espérant qu'ils l'aideraient à soigner cette fille, Dean ne se doutait pas que ces hommes connaissaient mieux cette femme que lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanos Delm



Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Lun 19 Jan - 2:22

En apprenant la nouvelle, Tanos aurait du être ravi, mais un doute demeurait en lui. La jeune femme avait frolée la mort, et son père le savait bien. Ainsi, il ne causerait que du mal à sa fille, et ce tant et aussi longtemps que les deux partageraient le même monde. Tanos s'était attaché (presque sans le savoir) à la fille, et maintenant il savait que tout devait se terminer. Si Aloha vivait, son père la harcelerait jusquà sa mort. Le pouvoir seul du trafficant, même du plus puissant trafficant de la ville, ne pouvait rivaliser avec celui d'Andrew Douglas. Mais la guilde de la contrebande le pourrait... Peut-être. Il devait avoir une bonne raison de les enrolés s'il ne voulait pas s'endetté pour toute sa vie. La guilde de la contrebande était une puissante organisation du peuple libre, ou bien tout simplement la plus puissante. Tanos en faisait évidemment parti, mais il n'était pas certain de pouvoir s'assurer les services de leurs membres. D'un autre coté, il n'avait plus grand-chose à perdre. Aloha n'avait pas à payer pour la folie de son père, et Tanos ferait tout pour y remedier. Il convoca un de ses marins, réfléchissant. Aloha risquait d'être transportée au bouquet dans les prochaines heures; c'était juste assez de temps pour le capitaine. Avec un peu de chances, il parviendrait à réunir des hommes en deux heures, de quoi repousser n'importe quelle attaque. Deux autres heures et il pourrait rendre une petite visite à Douglas. Alors même que son esprit travaillait les plans qui apparaissaient dans sa tête, le marin entra de manière précipité dans la pièce.

Désolé pour l'attente, m'sieur, j'étais avec Dean et...

Dean? C'est qui, Dean?

C'est celui qui a retrouvé la fille, m'sieur. On discutait de la manière de la soignée pour la transporter au bouquet...

Bon, si tu le croises, donne lui mes plus sincères remerciement. Je discuterai avec lui quand se sera finit. Enfin, je voulais te voir pour que tu ailles dans la planque des contrebandiers et que tu les rassemble.

Le marin pali, puis devint blême. Ces yeux se posèrent de manière interloquée sur son capitaine tandis qu'il comprenait où voulait en venir Tanos.

On... Convoque le conseil, m'sieur? Vous croyez vraiment qu'il faut en venir là?

Tout cela à trop duré. On va en finir dès maintenant avant que sa ne dégénère encore plus. Exécution, matelot!

Le marin ne répondit pas et sortit de la pièce en courant, et Tanos se retourna pour observer le paysage de sa fenêtre. Les dés étaient jetés, le destin était en marche. Pour la première fois depuis deux ans, la guilde de la contrebande allait s'unir à nouveau pour nettoyer Tortuga de leurs ennemis. Il murmura, presque pour lui-même, quelques paroles.

Le jeu d'échec est en place; tout les pions sont morts, et moi je sort la reine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Lun 19 Jan - 15:46

"Toute une existence gâchée, cela depuis son enfance. Andrew Douglas le père d'Aloha était un homme dont la folie et la cruauté est plus élévé que Davy Jones! L'histoire d'Andrew était sombre peu de personne savait vraiment qui était cet homme. L'histoire remontait a y avait environ 30 ans en arrière. Andrew était un jeune homme qui travaillait pour un traficant à Tortuga, il faisait toujours le sal travail jusqu'au jour ou il tombait amoureux d'une fille de joie la futur maman d'Aloha. Il était fou amoureux de cette belle indigène, il commençait à devenir jaloux de ceux qui la touchait. Il ne voulait que personne couche avec elle, que lui en gros. Quelque mois après, Waiekio tombait enceinte et Andrew lui devenait étrange. Il voulait un fils pour assurer sa descendance mais le destin en avait décider autrement. C'était une petite fille presque identique à sa maman, Andrew devenait foux de rage. Sa maman lui donnait le nom d'Aloha Douglas, malheureusement les choses allaient se dégrader avec les années. Andrew avait la honte d'avoir une fille! Car elle ne servait à rien selon lui, on se moquait de lui. Un jour il partait en mer et revenait 6 mois après, laissant Waiekio et sa fille seule. Aloha était devenue une belle petite fille prête à un avenir de médecin, mais son père revenait complètement fou! Waiekio voulait à tout pris protéger sa fille. Son père commençait à battre sa fille, il l'a forçait à se mettre toute nue devant des hommes bien plus âgée qu'elle. Le début de l'enfer pour Aloha la raison? être née femme! Durant une bonne partie de son enfance, Aloha devait faire des choses horrible. Elle devait aller à la rue soit pour mendier soit pour satisfaire des hommes alors qu'elle n'avait que 6 ans! Sa maman essayait par tout les moyens de lui éviter cette vie, si Al n'obéissait pas ou ne rapportait pas d'argent. Elle était battue jusqu'au sang, ou bien privée de nourriture pendant plusieurs jours. Cette situation ne pouvait plus durer pour sa maman, des disputes ont commencés entre eux. Un jour Aloha avait eu l'audace de s'opposer à son père pour défendre sa maman, elle avait 18 ans. Ce jour là était le plus terrible pour les deux femmes, Waiekio demandait à sa fille de fuir se foux, ce malade mentale. Mais Aloha refusait de laisser sa maman seule avec lui. Il lui fallait l'asile à Port Royal et là bas qu'elle pourrait devenir médecin. C'était le souhait de sa maman, malheureusement Aloha lors de sa première tentative échouait. Sa punition était terrible, coup de fouet, brûlure et torture pour avoir osez essayer de s'échapper de cet enfer. Son était était déplorable, sa maman Waiekio était pas autorisé à la voir. La pauvre jeune femme en avait assez, elle pleurait seule dans son coin. Elle perdait espoir d'être une femme libre, son père lui était devenu chef d'un gang de trafiquant. Waiekio réussisait à aller voir sa fille, et c'était là qu'elle lui apprenait cette phrase "Même dans les ténèbres les plus obcurs, il y a toujours de l'espoir" Aloha en ressortait traumatisé de cette expérience, sa seconde tentative était un succès. Elle embarquait clandestinement sur un navire direction Port Royal. Dès lors son père Andrew traquait sans relache Aloha pour la retrouver et lui faire payer sa "traîtrise..."Aucune nouvelle d'Aloha jusqu'au jour ou elle rentrait au "pays". Âgée de 32 ans, belle femme talentueuse en médecine mais très fragilisé. La chasse à l'homme commençait entre Aloha et son père. Une véritable guerre entre les deux! L'esprit de l'indigène était hantée par cet homme qu'elle haissait, c'est pour cela qu'elle avait changé de nom: Aloha Douglas était devenue Aloha Ihnoe elle avait pris le nom de famille de sa maman. Son père était prit de furie quand il apprenait que sa "fille" était devenue proche amie du Capitaine Jack Sparrow. Mais se qu'il igornait c'était qu'elle était tombée amoureuse de cet homme à moitié fou. Aloha était en sécurité sur "la Perle" mais pas sur terre. Jack Sparrow lui offrait se que son père lui refusait. La sécurité, le bien être même si elle se trouvait sur un navire pirate. C'était le seul homme en qui elle avait confiance, celui qui avait réussi à la sortir de sa peur..."

Ou suis-je ce demandait Aloha, elle se trouvait dans une grande salle noir. Puis elle voyait quelqu'un tenant une torche, cette personne c'est elle-même sa propre conscience. Sa conscience était bien présentable bien habillé. Cette conscience lui parlait lui demandait d'approcher vers elle. Elle lui résumait la situation, elle se trouvait entre les deux mondes. Le monde des vivants et des morts. Lui montrait 2 sortes de portes, celle pour rejoindre les vivants et celle pour rejoindre l'autre monde. Il fallait faire un choix...Aloha réfléchissait quoi faire, elle en avait tellement assez de cette souffrance. Pourquoi continuer à endurer cela? Le repos éternelle...Mais d'un autre côté, elle ne pouvais pas laisser Jack tout seul, ni Tanos et Dean... Le choix va être long et difficile....Son état était toujours le même, pas de changement. Toujours dans le coma...Le mystère qui tourne sur cette femme et son but ... Seul Dieu le sais.
Revenir en haut Aller en bas
Dean Clesh
Bon marin


Nombre de messages : 43
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2009

Feuille de personnage
Argent: 85 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Lun 19 Jan - 21:17

Dean fut donc emmené dans l'infirmerie pour soigner la jeune fille nommée apparemment pour Dean A... Il n'avait pas encore réussi à savoir son prénom que déjà la fille était en danger de mort. Dean était un peu troublé, il venait de "sauver" à moitié la jeune fille, oui à moitié car non seulement elle n'était pas encore hors de danger mais en plus il n'avait rien pu faire pour empêcher ces trafiquants de lui infliger une horrible torture inhumaine. Bref, Dean ne savait que faire, et son père savait qu'il avait horreur de ne pas contrôler son destin, ses actions.
Dean attendit donc là, l'homme avec qui il avait parlé était parti voir son chef, Dean ne savait pas ce qu'il allait faire ensuite mais maintenant qu'il était plongé dans la bataille jusqu'au cou avec ces matelots, il ne pouvait plus reculer ni abandonner ces hommes et encore moins la fille. Dean remit une balle dans son pistolet assis sur un lit. Il regardait par la fenêtre, il redoutait une attaque des trafiquants et cette fois une attaque décisive. Le gang était réputé pour pourchasser ses proies jusqu'à leur mort, et cela faisait toujours rire Dean car il était persuadé qu'après ses conneries de son enfance, qu'il allait y passer pour de bon...

Il restait là, regardant la jeune femme sur le lit, il restait près d'elle, il se sentait si inutile qu'il était quelque peu stressé. Pourquoi ne se réveillait-elle pas ? Pourquoi on ne venait pas le voir pour lui dire de faire telle ou telle chose pour les aider. Dean se sentait mis à l'écart, après tout il ne faisait pas parti de leur équipe mais il avait quand même repoussé quelques hommes et s'était infiltré pour tenter de sauver la fille.
Dean resta assis à côté d'elle et tenta d'écouter les conversations des matelots derrière la porte, peut être entendrait-il un indice sur ce qu'ils allaient faire, mais il n'entendit rien à part des bruits de pas précipités et des autres bruits confirmant que les hommes n'allaient pas rester là à rien faire, des bruits de chargement de fusils étaient facilement audibles pour Dean. Il remit son pistolet à sa ceinture, il savait qu'il ne serait appelé qu'en cas d'extrême urgence.
Il se tourna à nouveau vers la demoiselle et prononça à voix haute, comme s'il savait qu'elle l'entendait ou que c'était comme un moyen de se sentir légèrement utile...


- Je sais que tu ne m'entends pas à moins que tu sois consciente mais qu'importe, au moins ça me fera parlé ! Je ne sais toujours pas comment tu t'appelles, je n'ai pas bien compris qu'elle était ton prénom, et j'aimerai que tu sois encore là pour me dire quelle est ton prénom. C'est tellement bizarre ce que je dis, surtout que tu ne m'entends pas me trompez-je ? Mais qu'est-ce que tu racontes Dean tu parles dans le vide !
Bref, je voulais te dire que je suis désolé de n'avoir rien fait alors que tu étais maltraitée dans cette maudite baraque. Je sais, je dois être un lâche pour toi, et je le comprends, mais si je savais qu'on infligeait une telle torture à une fille, je pense que je serai entré, quelque soit les conséquences. Dans ma famille, les femmes c'est sacré, même si des fois les femmes de Tortuga sont plus des hommes que des femmes ! Héhé ! Je sais que ce que je dois te dire doit te paraître ennuyeux, mais j'ai pas grand chose à dire de moi. Je m'appelle Dean Clesh, je suis un jeune pirate, j'ai fait mes preuves sur un navire, mais son capitaine a arrêté de voguer et donc je vagabonde ici à Tortuga en quête de trouver un navire où je pourrais faire ce que j'aime, voyager, trouver des trésors, partir à l'aventure quoi !
Mes frères sont devenus mes pires ennemis en devenant des hommes de la Compagnie des Indes, mon père était triste car il était un pirate et maintenant lui et moi ne les voyons plus. Ni ma mère d'ailleurs. C'est sûr que c'est une histoire sans intérêt quand on va peut être mourir. Non il faut vraiment que tu t'en sortes, je suis sûr qu'il doit être agréable de te connaître, une belle et gentille jeune femme c'est ainsi que je te vois, à moins que tu sois tout bêtement une femme horrible et autoritaire, c'est vrai je ne te connais pas vraiment, je me suis fier à mon instinct, il ne m'a jamais trompé, donc je pense que tu es comme je te vois.


Dean continuait à parler mais s'arrêta, il ne continua plus, il savait qu'il y avait peu de chances pour qu'elle l'entende. Il resta donc là, prêt à aider les hommes et à venir en aide à la fille au cas où elle se réveillerait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanos Delm



Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Mar 20 Jan - 5:30

Le monologue de Dean arracha un sourire à Tanos, qui les regardait depuis quelques minutes déjà. Une petite intuition lui disait qu'une longue amitié risquait de commencer, si Aloha survivait. Il avait tout risqué pour elle, et il ne suporterait pas que son père ne lui prenne la vie, une vie qui ne méritait pas d'être gachée. Le trafficant se revenait du conseil, où il avait argumenté avec des hommes lui ressemblant étrangement dans leur façon de vivre. Il se souvenait de ce qui s'était passé...:

Tanos pénétra dans la large salle et prit une des chaises de la grande table au centre de la pièce. Onze visages se tournèrent tous en même temps vers lui; les onze plus puissants contrebandiers du peuple libre. Ils se réunissaien rarement, et plus rarement encore pour une demande d'assistance militaire, mais cela leur était déjà arriver. Parfois, ils unissaient leurs armées pour purger Tortuga de tout leurs ennemis. C'était ce qu'ils appelaient la Purge, et elle leur avait permise biens des fois d'affirmer leur pouvoir sur le peuple libre. Tous à Tortuga savaient que s'opposer à la guilde tenait du suicide pur: même si tous les gangs s'unissaient eux aussi sous une seule et même banière, ils ne pourraient vaincre les puissants trafficants du conseil, qui, en plus d'avoir beaucoup d'hommes, avaient chacuns un tas d'alliés puissants qui couvraient leurs arrière. Tanos observa attentivement les nombreux visages devant lui et se remémora les noms de chacuns. Tous avaient une origie différente, ou presque, et tous avaient certains talents. Tanos n'était ni le pus puissant militairement parlant ni le plus riche, mais il restait le plus influent de tous car il contrôlait presque tout le commerce du peuple libre, et avaient des amis aux quatres coins du monde. Il décida d'observer un tact prudent pour pouvoir survivre, et commença:

Que de vieux souvenirs, mes amis. Cela faisait longtemps que nous ne nous étions vus dans cette même salle, n'et-ce pas? Le monde est petit, à ce qu'il semble, vous avez répondus bien plus vite que je ne le pensait à l'appel et je me permets de vous complimenter sur ce point...

Talmahab, un asiatique colérique mais sage, l'interrompit brutalement sur un ton qui en disait long sur son humeure...

Cesse de tourner autour du pot, Tanos. Tu nous a convoqués pour une raison qui, j'espère, sera bonne! Je n'ai ni le temps ni la patience nécessaire pour écouter à longueure de journée ta voix qui me jette des sornettes aux oreilles!

Moi aussi je suis content de te revoir, Talmahab. Bon, je vais aller droit au but. Tous ici vous connaissez le gang Douglas et ses inclinaisons plutôt dangereuses. Certains d'entre vous savent également qu'il a une fille, fille qu'il veut faire assassiner. Alors même qu'il s'attaquait à elle, je suis intervenu et j'ai sauver sa vie, hors, il ne l'a pas vu d'un bon oeil...

Un anglais aux airs de nobles mais à l'accent de paysan, nommé Halsand, pris la parole d'un air agacé.

Tu nous a convoqué simplement pour discuter à propos de tes problèmes avec un simple gang? Sais-tu combien d'heures j'ai fait de voyage avant d'arriver à Tortuga?

Messieurs, Douglas à attaquer le bouquet! Douglas à osé essayer de reprendre sa fille alors qu'elle était sous la protection de la guilde! Il ne respecte apparament pas le pouvoir que nous exerçons dans la ville! Avez-vous oublier, messieurs, l'époque où ous étions les maîtres incontestés de Tortuga? L'époque où même les bandits les plu mals famés de la ville cfuyaient devant nous? Il était un temps, messieurs, où l'on nous respectait! Sommes-nous tombés suffisament bas pour laisser un simple gang ddétruire l'un de nos rares postes dans la ville? Où sont passés les hommes que je connaissais, les hommes qui n'auraient pas hésités une seule seconde à risquer leurs vies pour faire payer au centuple cet homme!

Il avait marqué un point, il le savait. Finalement, cinq contrebandiers acceptèrent de donner leurs troupes pour cette batailles, et les autres grommelèrent mais ne dirent rien. Tel était l'esprit du trafficant moyen: ne proteste pas quand t'es pas sur d'avoir la majorité!

... Et maintenant Tanos était coincé au bouquet pour trois jours avant l'arrivée des forces promises. En trois jours, il pouvait se passer beaucoup de choses, évidemment, mais son moral remontait. Si Aloha survivait, elle n'aurait plus jamais à supporter son père. Bientôt, tout allait se terminer, et, bien que Tans ne pouvait être sur du déroulement de la bataille, la chance allait tournée. Il le savait.

_________________
Cette guerre ce gagnera dans le sang de l'Angleterre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Mar 20 Jan - 14:05

Les heures passaient et rien ne changeait, toujours perdue avec sa propre conscience. Aloha était assise à observer sa conscience tout en réfléchissant quoi faire. Elle écoutait toujours se que racontait sa petite conscience, elle lui disait se qu'elle avait fait de bien et de mal. Certe Aloha n'était pas complètement innocente que ça, elle avait été obligé d'apprendre à tuer pour défendre son Capitaine Jack Sparrow. Même si elle préférait être pacifiste, parfois elle devait se débrouiller pour se battre même si elle ne portait pas vraiment d'arme sur elle. Mais à pars cela c'était une gentille femme fragile, aimable prête à tout pour sauver les pirates mais surtout ceux qui son l'équipage du Capitaine Sparrow et aussi ces amis. Sa conscience lui fait la remarque qu'elle aimait son métier même si elle avait une certaine gène de soigner des hommes. Mal à l'aise mais elle faisait son métier parce qu'elle aimait faire cela, elle se rappellerais toujours le jour ou elle avait sauvé son Capitaine en le soignant. Et ce jour ou elle avait péchée, gouter à l'amour à quelque chose qu'elle ne connaissait pas. Ou elle avait soigner son "Dieu" dans le corps d'un humain c'est se qu'elle considérait Jack comme un Dieu qui avait pris forme humaine. C'était vrai au départ c'était dur de comprendre les ordres de Sparrow, elle avait du apprendre à vivre avec que des hommes sauf que parfois elle croisait Elizabeth Swann étrange femme comme le disait Al. ça lui avait fait étrange d'avoir oser le toucher, lui caresser le visage. Comprendre cet homme, sa personnalité si bizarre, ces mimiques étrange, son style complètement incenser! Ce qui était sûr tout son équipage le voyait comme un héro, ils le respectait tous rare était ceux qui rouspétait les ordres. Jack et Aloha se ressemblaient dans beaucoup de domaine, Un vrai bout en train, toujour en premier pour amuser la galerie, toujours de bon humeur, Aloha était super pote de tout le monde, enfin de l'équipage et de ceux qu'elle connaissait. Elle était completement déluré, et sa vie était un immense one man show. A force de suivre son Capitaine partout, elle avait commencé à se comporter un peu comme lui mais en restant légèrement en retrait. Mais le Capitaine Jack Sparrow pouvait toujours compter sur sa présence pour remonter le moral des troupes et faire son boulot de médecin de la Perle Noir. Sur Terre, Aloha était moins à l'aise car elle savait que son père allait pas la lâcher aussi facilement. Ce qu'aimait faire Aloha s'était aller chez le tatoueur quand elle le pouvait et avait assez de sous sous pour cela. C'était aussi chez lui qu'elle avait fait son beau tatouage avec la Perle et le J au milieu pour représenter comme quoi elle était bien matelot du Capitaine Jack Sparrow! Ce tatoueur là était sympathique, c'était Aloha qui avait fait le dessin. C'était à Port Royal qu'elle avait appris à lire et à écrire. Elle n'était pas analphabète, elle connaissait beaucoup de chose. Femme intelligente, maligne, sympathique ( temps qu'on la provoque pas..) rêveuse. Malheureusement ce que lui a fait son père l'a rendue triste, démoralisée, déprimée. Cet espèce d'imbécile l'avait complètement détruit. Si elle survivait que va-t-il se passer à son réveil? Va-t-elle perdre la raison vu la torture qu'elle s'était repris pour avoir fuit vivre une autre vie. La promesse qu'elle avait faite à sa mère! Vivre sa vie, vivre dans le bonheur non dans la souffrance éternelle. Mais pour le moment ce n'était pas vraiment le cas...Aloha mettait la main sur sa tête elle sentait une sorte de faiblesse.

Dans la chambre les choses se compliquait légèrement, Aloha se mettait à convulser violemment à cet époque on considérait cela comme étant de la sorcellerie. Comme si elle avait été envoûtée alors que ce n'était pas le cas. Tout son corps tremblait, elle souffrait d'une chute de pression. Son coeur ralentissait mais battait toujours. Sa crise était violente, elle avait du mal à respirer correctement. Elle avait besoin de vitamine, de faire remonter sa pression. Et surtout va falloir la nourrir sinon elle mourrait de faim....

Pendant ce temps Andrew était plus que furieux, maudite était sa fille! Cette espèce de ***** était beaucoup trop connue, maintenant il allait avoir le Capitaine Sparrow sur son dos! Il réfléchissait à un plan diabolique. Il tournait en rond! Que faire... Que faire pour se débarrasser de ces gêneurs! Et surtout que sa fille ne pouvait plus parler, c'était cela son but. La faire taire car elle savait que trop de chose. Il se tournait vers l'un de ces hommes et disait:


-Alors voici mon plan...Il faut faire circuler la rumeur comme quoi Aloha Ihnoe a été assassiné par ce Tanos...Comme ça Jack Sparrow va lui régler son compte une bonne fois pour toute et notre victoire sera totale! De toute façon...on est enfin débarrasser d'elle...A mon avis, il ne lui reste que quelques heures tout au plus à vivre! Je regrette juste une chose, sa mère avait une belle voix et sa langue natale si belle. Je veux aussi que tu me rapporte une preuve de leur trépas! Rapporte moi le cadavre de ma fille et de ce Tanos tout de suite!

Le trafiquant le regarde fait un mauvais sourire et pars avec quelques hommes faire circuler la rumeur dans tout Tortuga! Ce trafiquant là était pas vraiment appréciez de tout le monde, mais ces hommes eux oui. Crains de tout... tout? Non pas du Capitaine Sparrow qui les traitait de menteur, de fourbe. Si la rumeur se répand jusqu'à Jack Sparrow ça risque fort de faire très mal! Aloha était son matelot une des plus fidèles et des plus loyaux de tout son équipage. Prête au sacrifice de sa vie pour lui...Les hommes commencent à envoyer les rumeurs dans la citée, cette rumeur se répand comme une traînée de poudre...Bien sûr son père si stupide était-il avait fait l'erreur de précisez que sa fille "traînait" avec le Capitaine Jack Sparrow. Ces hommes racontaient comme mensonge qu'Aloha voulait rejoindre son Capitaine au port et qu'elle avait été attaqués par les hommes de Tanos. Et que ceux-ci l'avait torturé pour qu'elle parle sur sa relation avec Jack. Évidement le Capitaine Sparrow était bien connu à Tortuga, un héros pour être revenu avec la "Perle Noir". Dans la rue tout le monde discutait, on pausait des questions..En gros c'était encore pour la tête de la pauvre Aloha, l'humiliation...On racontait aussi qu'elle était prise en otage et que sa vie était au bord de la fin. Si Aloha mourrait maintenant...Ils osait imaginé la réaction de Jack, même si on le traitais de fou un médecin était toujours utiles sur son légendaire Black Pearl. Il n'y avait qu'elle qui savait la vérité, qui connaissait se que voulait son père. Aussi elle connaissait bien son Capitaine, à force de le suivre partout mais là...Les hommes faisaient semblant d'être triste...La confrontation n'en serait que plus violente... Andrew ne les lâcherait pas temps que Tanos et sa fille quitterions ce monde pour l'enfer d'après ces propos...
Revenir en haut Aller en bas
Dean Clesh
Bon marin


Nombre de messages : 43
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2009

Feuille de personnage
Argent: 85 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Mar 20 Jan - 20:22

Pendant que Tanos était en train de discuter avec des personnes importantes pour qu'elles lui viennent en aide, Dean était toujours dans la salle avec la jeune femme. Dean faisait les 100 pas, il réfléchissait toujours, est-ce qu'il n'aurait pas mieux fait de rester chez lui aujourd'hui ? Est-ce qu'il n'aurait pas du rester dans sa maison avec son père l'ancien pirate pour apprendre encore des choses de lui ? Mais au fait son père était connu à Tortuga ! Et si le gang n'était pas déjà chez lui en train de taper son père pour lui demander où était Dean Clesh qui leur était connu depuis leurs petites embrouilles un peu plus tôt ? Dean s'arrêta net, il ne savait plus quoi faire à ce moment là, il voulait quitter la salle à vitesse grand V et partir rejoindre sa maison pour vérifier qu'on avait pas capturé voir assassiné son père. Il commença à reprendre sa petite veste et s'apprêta à partir quand la jeune demoiselle commença à être dans un état d'agitation intense, elle était secoué d'une force que Dean ne pouvait pas imaginer, il fut pris de panique, il n'avait pas de compétences dans ce genre de situation et il ne savait pas quoi faire, il tenta de calmer la fille mais celle-ci ne répondait pas à ses tentatives désespérées pour la sauver. Il essaya de voir son pou pour savoir si elle était encore vivante, ou du moins si elle respirait encore, son coeur battait très faiblement, il fallait faire quelque chose mais quoi ? Dans cette situation, Dean ne savait pas quoi faire pour lui venir en aide, seule solution partir voir des matelots pour qu'ils viennent l'aider. Il sortit de la salle en courant et appela des hommes qui accoururent, Dean leur expliqua l'état de la jeune femme qui se précipitèrent dans la salle.
Ils n'étaient pas beaucoup plus utiles que Dean, en effet, ils restaient là, mais ils étaient terrifiés par les réactions violentes de la fille. Ils réussirent à la tenir pour éviter qu'elle ne se blesse inutilement.


- On fait quoi ? Le chef est en réunion et on a rien pour aider cette fille !

- Vous avez pas de trousses médicales, de manuel de médecine, ou autre truc qui pourrait éventuellement nous aider ?

- Non pas grand chose, à part des boissons alcoolisés, de l'eau, de la nourriture et puis des armes...

- Amenez tout ce que vous avez dont l'eau, l'alcool et la nourriture on ne sait jamais ! Sinon il faudrait que deux hommes partent dans la ville pour essayer de trouver un médecin. Ca peut toujours nous aider.

Deux hommes partirent rapidement et sortirent armés pour trouver un médecin. Pendant ce temps, Dean évaluait les choses qu'avaient les hommes avaient ramené, il y avait, de l'eau, des couvertures, des éponges, des sandwichs, du rhum, des petits objets qui ne servaient à rien, une caisse de munition, des bouts de bois et des sceaux.
Dean prit de l'eau et une éponge qu'il appliqua sur le front de la jeune femme pour tenter de l'apaiser, sait-on jamais, Dean aurait peut être appris une ou deux choses avec sa mère lorsqu'il se blessait... Il mit un sceau à côté de la demoiselle au cas où elle se sentirait mal, il essaya de reprendre à nouveau les vibrations de son coeur, pour savoir si elle respirait encore. Dean mit aussi des sandwichs à côté d'elle, de l'eau et de l'alcool, il n'y avait rien à faire avec ce qu'avaient les hommes, rien qui pourrait les aider. Il fallait attendre, voir si elle allait s'en sortir, et aussi pour que les hommes reviennent avec un médecin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Aujourd'hui à 19:06

Revenir en haut Aller en bas
 
Le retour du trafficant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Pirates Des Caraïbes :: Hors Sujet :: Corbeille :: Zone RP-
Sauter vers: