Les Pirates Des Caraïbes


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le retour du trafficant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tanos Delm

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Le retour du trafficant   Dim 11 Jan - 2:20

Au loin dans la baie se dressa la silhouette d'un grand navire. Le vent d'Est revenait vers Tortuga après de longs voyages. Mais certaines différences pouvaient être remarqués depuis son départ: les voiles étaient trouées en de nombreux endroits, la coque paraissait endommagée et sur le pont s'activait l'équipage qui semblait lutter contre l'effondrement d'un mat. Deux médecins déambulaient sur le pont et allaient d'un blessé à l'autre pour s'assurer de la survie des hommes du capitaine Tanos, qui lui même n'avait pas beaucoup changé, encore qu'il soit le seul à travers tout les membres de l'équipage. Le trafficant avait eu quelques troubles avec la compagnie des indes, et il avait échappé de justesse à la catastrophe. Pas plus tard qu'hier résonnaient encore les coups de canons et les hurlements des blessés sur son navire, tandis qu'un galion lançait l'abordage. Des soixante matelots qui formaient ses hommes, il n'en restait plus qu'une quarantaine; tout les autres étaient morts sous les feux britanniques. Néanmoins, ils avaient tout de même réussis à atteindre Tortuga, un des rares endroits hors de porté des anglais.

Le navire accosta au port, son équipage s'affairant sur le pont pour empêcher ce qui fut autrefois l'un des joyaux de Tortuga de couler. Le capitaine Tanos débarqua en premier, suivi de ses hommes. Aussitôt, il alla à la rencontre du maître du port pour exiger la réparation de son navire en échange d'une somme rondelaite. Une fois ceci fait, il pénétra dans le navire, suivi de quelques marins étrangers à son équipage. Le pont central était en assez bon état, encore qu'il faille réparer la superstructure arrière. Le premier étage était en ruine: coque percée, caisse et barils en morceaux un peu partout sur le sol, et quelques cadavres de marins. Le second avait été le plus touché par la mitraille de l'autre navire, et l'air empestait la mort. La coque de gauche n'existait presque plus, et plusieurs boulets roulaient librement sur le sol. Le troisième étage et la calle n'avaient pas été touchés, et aucune réparation ne serait néçaissere de ce coté là. Mais pour ce qui est du reste, le navire resterait longtemps à Tortuga...

Réunissant ses hommes sur le pont, le capitaine posa un regard légèrement désespéré sur eux. Tous les marins surent qu'il allait donner des mauvaises nouvelles, puis qu'il les encouragerait peu de temps après par un petit dicours, puis qu'il ferait une conclusion. Classique.

-Messieurs, vous vous rappelez tous de notre combat contre les anglais, hier. Je tiens d'abord à vous dire que vous avez donné une bonne leçon à ces anglais! Malheuresement, une bonne nouvelle est souvent accompagnée d'une mauvaise, que je vais maintenant déclamer. Nous avons subis beaucoup de dommage pendant ce combat, où dix-sept hommes fidèles sont tombés. Bien que notre navire ne craint plus de couler grâce à vos efforts, il restera néanmoins un long moment à fond de cale avant d'être en état de naviguer. Nous allons être forcés de reprendre le commerce, car pour l'instant nous n'avons pas les moyens de repartir en mission. Messieurs, vous êtes donc en permission pour quelques semaines à Tortuga. Et, je vous laisse aller au bordel tant que mon nom n'est pas associé au votre.

Comme l'avait prévu le capitaine, le moral de ses hommes remonta en flêche à cette dernière annonce. Lui, il partit vers le port à la recherche de quelques marins qui pourraient lui être utile pas trop cher payer. Effectivement, il mettrait un long moment à trouver de quoi remettre son équipage au grand complet, et il devait s'atteler à la tâche le plus rapidement possible. Il soupira, puis monta sur un baril et commença à faire un discours à la foule en parlant des nombreux avantages de son navire pour ceux qui chercheraient un boulot. Il retira l'attention d'une dizaine de personnes, à qui il commença à parler, mettant tout son charisme dans sa voix. Tel était le capitainr Tanos: il cherchait toujours à rêgler ses problêmes avant de prendre du bon temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanos Delm

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Dim 11 Jan - 18:33

Tanos entendit les bruits de coup et descendit de sa place, car de toute façon son oratoire diminuait à vue d'oeil. S'avançant au milieu de la foule, il eu tout juste le temps de voir l'homme donner un coup de pied dans le dos de la jeune femme. S'avançant, il se planta devant l'homme, qui le dominait de toute sa taille, et lui donna un violent coup de poing. Quelques paris changèrent dans son dos. Il sourit, puis regarda le médecin au sol. Le tatouage était intéressant... Black Pearl? Il devait impérativement parler avec cette fille. Alors qu'il s'approchait, le colosse dans son dos se releva et lui donna à son tour un violent coup de poing, débalançant le capitaine. Le meurtrier sortit un couteau de sa poche et chargea Tanos... Puis s'arrêta net en entendant le bruit d'une gachette. Le pistolet chargé, le capitaine tenait tête à l'homme.

Dépose ce que tu lui as volé, et dégage. J'ai pas de temps à perdre avec ces anneries.

L'homme reposa les affaires de la jeune femme, puis pris les jambes à son coup. Tanos garda longtemps le pistolet pointé sur l'assassin, jusqu'à ce que celui-ci tourne la ruelle. Prenant les affaires du médecin, il les apporta à la jeune femme. Celle-ci était bien vivante. Il fixa à nouveau le tatouage... Pas de doute, cette femme avait déjà eu des rapports avec la perle noire, et donc le capitaine Sparrow. Intéressant... Ce jeune bout de femme avait surement des talents cachés, et elle serait un grand atout comme médecin à bord de son navire. En core qu'il faudrait le convaincre du fait qu'il ne lui était pas hostile. Elle risquait d'être choquée en aprennant qu'elle était passée à deux doigt de la mort, et sans doute attristée. D'un regard, il remarqua une dague à sa ceinture. Ainsi, elle avait une arme, et le capitaine aurait mi son dernier oeil à brûler que cette jeue femme savait s'en servir. Pourquoi ne c'était-elle pas défendue? Pendant que de nombreuses questions surgissaient de son esprit, la jeune femme se réveilla.

Elle semblait étonnament fragile, mais aussi très fière à sa manière. Pas étonnant, mais tout de même, elle semblait ne pas avoir voulue se défendre. Une étrange personnalitée devait s'être formée en cette femme avec les années, mais qui, parmi les pirates, avait une personnalitée normale? Elle ne risquait pas trop d'avoir de blessures graves, excepté le coup au dos, qui avait été particulièrement violent. La jeune femme se redressa un peu et s'empara de ses affaires, puis se tourna vers Tanos.

Je suis heureux de savoir que vous allez bien, dame. Il est dangereux de se promener dans les rues du port sans armes dignes de se nom, surtout si vous portez des objets de valeur... Mais, je ne crois pas connaître votre nom. Pouvez-vous m'éclairer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanos Delm

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Mar 13 Jan - 1:59

Tanos était impressionné. Cette jeune femme aurait pu le battre sans difficultée au corps-à-corps, comme elle aurait pu se défendre seule face au brigand. Étrange, d'une certaine façon. Fière comme un paon dans une apparence timide, cette jeune fille était plus que prometteuse. Ainsi, les ragots proclamant que Jack ne retenaient que l'élite étaient vrais. Et si la jeune fille savait ce que devenait Jack? Le marin c'était attiré les faveurs du trafficant, plutôt que s'endetter, et il était inquiétant de savoir que pareil homme ne profite pas immédiatement des rabais du capitaine. S'il s'était attiré des ennuis, ceux-ci en causeraient aussi aux membres de son équpage. Le jeune femme n'aurait pas du tuer cet homme. Il faisait sans doute parti d'un gang, et si ce gang l'apprenait, elle serait mal. Peut de gens à Tortuga s'opposaient au membres de gangs, qui dominaient une bonne partie de la ville. Ils daisaient rarement (heureusement) de descentes au port, car là-bas quelques capitaines s'opposaient à eux de manière radicale. S'ils aprenaient que la fille qui avait tuer un des leurs était un simple médecin tout ce qu'il y a de plus vulnérable, la jeune femme serait heureuse de vivre plus d'une semaine. La capitaine observa le corps de l'homme, qui portait un signe de gang, comme il l'avait prévu. La fille était donc en danger. Observant la foule, il fit ce que beaucoup auraient pris pour un signe grossier à l'un de ses matelots qui trainait dans le coin. Celui-ci, entrainé à comprendre le jargon du capitaine, courut aussitôt à sa rencontre.

Oui capitaine?

Le matelot, au garde-à-vous, jeta un petit regard sur la dame et le corps au sol.

Cette jeune femme à du faire face à de petits ennuis, comme tu peux le voir. Néanmoins, je ne veux pas qu'elle meure. Amène-la chez moi, et fait monter la garde.

On protège les ennemis des gangs, m'sieur? Je ne veux pas vous vexer, m'sieur, mais, vous savez ce qui pourrait nous arriver si on s'oppose à ces gens là...

J'ai encore une grande influence dans les gangs de cette ville. Je devrais pouvoir les tenir à distance, où du moins les empêcher de faire trop de dégat.

Pourquoi ne pas simplement faire taire l'affaire? On courrait moins de risques...

Il y a trop de témoins... Dépêche toi, ils vont débarquer d'une minute à l'autre.

Le marin partit prestement, comprenant le risque qu'il courait. Prenant la jeune femme dans ses bras, il partit à pleine vitesse. Fesant un signe à un autre de ses marins, il lui ordonna de retrouver les autres et de les amener. Quelques hommes arrivaient déjà en groupe vers lui. Ils portaient tous le même signe de gang, et la plupart avaient des couteaux, deux ou trois des sabres. Ils vinrent aussitôt à la rencontre du capitaine, dont tous les muscles étaient tendus au maximum. Si une bagarre démarrait, le capitaine n'aurait aucune chance sans ses propres hommes. Le danger de ce genre d'affaire était passé en proverbe dans certaines région de la ville; «Si tu t'opposes à une gang, même ta mère n'identifiera pas le corps.» C'était malheureusement la vérité dans bien des cas. Les bandits se placèrent en demi-cercle autour du trafficant. Ce fut le chef de gang qui ouvrit la conversation.

On raconte que tu as protégée la cible d'un de nos hommes. On raconte également que si tu n'étais pas intervenu, le gars aurait gagner, et donc survécut. Si tu me laisses la fille, tu auras peut-être la vie sauve. C'est un bon marché, non? Une vie pour en payer une autre.

Même une dizaine de tes hommes ne pourraient faire l'équivalent de cette jeune fille. Elle est l'amie de Jack Sparrow, elle est mon amie. Cette femme est de talent, et je la garde avec moi. Ça te cause un problême?

Des marins commençaient à affluer autour de leur capitaine. Le chef de la gang grommela mais ne déclencha pas de combat. Aussitôt, Tanos et ses hommes partirent vers leur repaire. Pas question de rester plus longtemps ici. Lorsque la jeune femme se réveillerait, elle pourrait partir, mais entre-temps, le capitaine et ses hommes allaient s'assurer de sa survie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanos Delm

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Mer 14 Jan - 1:09

Le capitaine pénétra dans l'endroit en soupirant. Dans la grande salle, toutes les têtes se tournèrent vers lui d'un coup, et tous attendirent un récit de ce qui l'avait retardé Les hommes qui le suivait auraient le raconter d'eux mêmes, mais il était de coutume dans l'équipage que ce soit le capitaine le premier à parler. Celui-ci commença par poser ses deux pistolets sur une table, puis son espingole à coté. Il balaya du regard la salle et vit Aloha. Il hésita un moment, se demandant quelles réactions seraient engendrés par ce qu'il allait dire. Puis, il se décida et commença le récit.

On a rencontré Douglas et sa bande. Ils ont prétendus qu'Aloha devrait leur revenir, car c'était l'affaire de leur gang et que c'était en partie de ma faute si leur homme était mort. Nous leurs avons répondus qu'elle était sous notre protection, et que nous ne la rendions pas. Vu que nous étions dans le port et que mes hommes affluaient, ils ont battu en retraite. Malheureusement, ils sont revenus en nombre au niveau de la sixième rue de la ville, et ils ont avoué leur vrais raisons.

Tanos posa un moment son regard sur la jeune fille, comme pour la prévenir.

Andrew voulais récupérer sa fille, à ce qu'il semble. Je suis resté inflexible, et il a ordonné à ses hommes d'attaquer. Ils ont déclenchés une belle fusillade là-bas, jusqu'à-ce que d'autres gangs ce ramènent. Ils n'ont pris aucun partis et ont commencé eux aussi à tirer. Nous avons été forcés de partir après en avoir abattus deux d'entre eux. J'ai peur qu'ils n'attaquent la planque. Messieurs, on aura besoin de gardes, ce soir.

Les marins soupirèrent, puis reprirent leur discussion, un peu moins fort. Tous savaient qu'une attaque impliquait sans doute encore d'autres morts, mais aucun ne fit de reproche à la jeune fille. Plusieurs des leurs avaient étés blessés, alors désormais c'était une affaire personnelle. Il y aurait bientôt des combats dans la ville, à moins que Tanos ne puisse désamorcer le conflit grâce à ses talents de diplomate, encore que ce soit peu probable, à partir de maintenant. Le compte des morts devait en être à dix, maintenant, car la bagarre dans les rues ne devait pas être finie. Les gangs formaient, d'une certaine manière, l'une des trois organisations les plus puissante de Tortuga, avec les pirates et les gens du marché noir. S'opposé à l'un des plus puissants d'entre eux était dangereux, car ce gang comptait presqu'une cinquantaine de membres. Cela ne changeait pas grand chose, car le capitaine Tanos avait des alliés dans toutes les ramifications de la ville. D'une certaine façon, lui et ses hommes formaient une sorte de gang, parmi les plus influents de la ville. Le vrai pouvoir du capitaine résidait dans la politique, tandis que celui des hommes d'Andrew vivait plutôt au coeur des armes. Mais la jeune en valait la peine, Tanos en était sûr. Elle serait à la hauteure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanos Delm

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Jeu 15 Jan - 1:06

Alors que Tanos et ses hommes discutaient dans la salle principale, ils entendirent les cris de Douglas. Il était dans la ruelle. Deux ou trois coups de feux résonnèrent, et les gardes entrèrent en catastrophe dans la salle. Les bandits les avaient menacés les hommes dehors, et les avaient forcé à rentrer. Puis, une odeur de fumée se fit parvenir depuis le deuxième étage. Un homme à la jambe blessée entra et hurla qu'on avait mit le feu. D'un coté, les flammes, de l'autre, les bandits, qui voulaient les garder à l'intérieur. Quelqu'un avait bloqué la porte de l'extérieur. Dans un juron sonore, le capitaine Griffe monta à l'étage, et découvrit les flammes, qui se répandaient. Il divisa aussitôt les équipes: les matelots devraient utiliser les réserves d'eau pour éteindre le feu, pendant que trois hommes partiraient chercher Aloha et ceux qui l'accompagnait. Les autres allaient forcer le passage devant le bouquet pour trouver l'eau nécessaire à l'extinction des flammes, car les quelques barils du capitaine ne suffiraient pas. Aussitôt, les groupes se séparèrent, et Tanos descendit en bas. Quelques hommes étaient en placer aux fenêtres et tenaient éloignés les bandits qui s'approchaient un peu trop. Commençant déjà à charger ses pistolets, le capitaine commença à distribuer ses ordres.

Les gars, on va faire une sortie. J'aurai besoin d'une couverture sur mes flancs, et quelques sabreurs pour pêter le décors dans leur abris! Rico, cessez de perdre votre temps sur cette porte et faites-la sauter!

Une puissante détonation retentit à travers la salle, et les hommes de Tanos sortirent. Ouvrant le feu à volontée sur les brigands qui se tenaient stupidement en cercle avec des sabres devant-eux. Le quart des bandits étaient morts avant de qu'ils ne commencent à réagir, et une autre partie l'était lorsqu'ils arrivèrent au corps-à-corps. Un sauvage affrontement s'engagea, et au milieu du combat se joignirent à la bataille les matelots, qui n'avaient plus d'eau pour stopper les flammes. Après un cours moment de combat, un cri retentit derrière les lignes des brigands et ceux-ci battirent en retraite. Aussitôt, les hommes du capitaine se dispersèrent, puis ramenèrent des tonneaux de presque toute la ville. L'eau n'était pas potable, mais cela n'avait aucune importance. Le capitaine rentra et inspecta l'étage en vitesse. Le feu allait être contôlé. Mais...

Où sont les hommes qui étaient coincés derrière les flammes avec Aloha?

Pas de nouvelle, m'sieur.

Tanos jura et s'enfonça dans les flammes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Clesh
Bon marin
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 26
Date d'inscription : 02/01/2009

Feuille de personnage
Argent: 85 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Jeu 15 Jan - 17:27

Dean comme prévu, voulait savoir ce qui se passait du côté du port, il marchait paisiblement, quand soudainement 4 hommes coururent vers lui au loin, Dean se planqua instinctivement derrière un tonneau et attendit, il entendit juste quelques paroles quand ils passèrent devant lui...

- Vite faut prévenir les autres ! Ils vont le payer !

Dean sortit de sa cachette et regarda les hommes, ils ? Qui cela pouvait bien être ? Dean marcha cette fois avec discrétion, il longea les murs des ruelles, il grimpa au-dessus de murs qu'il connaissait parfaitement, pour y avoir vécu toute sa vie à Tortuga et traversa une petite place. Il regarda et vit quelques traces de sang à terre, pas de doute, des bagarres avaient éclaté ici. Dean avait son pistolet et sa dague au cas où.
Il continua, curieux comme il l'était et il entendit encore des coups de feu, cette fois c'était tout proche. Des hommes portant des insignes d'un sérieux gang de Tortuga marchaient dans sa direction, Dean courut se cacher, tout seul il serait tué... Les hommes marchaient en cadence, ils devaient être pressés, ils devaient être en train de prendre quelqu'un en chasse, mais qui, cela Dean l'ignorait. Il était même gêné pour l'inconnu, connaissant bien ce gang pour l'avoir déjà échappé une ou deux fois dans les quartiers de Tortuga.

Dean tourna à l'angle et grimpa à une échelle d'un vieux bâtiment. Si la rue n'était pas déserte ou quelque peu habitée, on l'aurait pris pour un brigand mais Dean voulait seulement savoir ce qui se passait sur son île natale. Il entendit des bruits de pas, deux hommes étaient en train de courir et au loin encore des coups de feu, pas de doute, il y avait deux clans qui s'affrontaient. Une détonation survint à quelques centaines de mètres de Dean, c'était à droite de sa position. Il entendit à nouveau des coups de feu et il descendit de l'échelle et courut vers l'origine de la détonation. Des hommes couraient en tout sens vers lui, certains avaient des sceaux d'eau d'autres étaient en train d'en ramasser.
Dean vit un marin qui s'arrêta vers lui, il lui dit rapidement.


- Reste pas là p'tit gars ! C'est pas un endroit pour toi, à moins que tu ne souhaites recevoir une balle perdue !

- Vous inquiétez pas pour moi, je connais mieux la ville que vous apparemment, car il y a plus d'eau en tournant à gauche à l'angle de cette ruelle.

- Sympa l'ami ! Mais je te conseille tout de même de déguerpir, si tu dis bien connaître la ville !

- C'est après vous que le gang en a ?

- Oui, mais désolé là on doit faire vite, on a un feu à éteindre.

Le matelot partit rapidement chercher des seaux d'eau et Dean partit de là où venait le marin. Il continua sa course jusqu'à voir un bâtiment qui brûlait en haut. Des bandits étaient en train d'accourir au loin de la ruelle Ouest. Dean courut vers le bâtiment, et certains bandits qui s'étaient rapprochés tirèrent sur lui, Dean se protégea derrière un mur et une balle passa à ras de Dean. Dean prit son pistolet et tira le pied d'un homme du Gang qui abandonna sa course. Dean remit une balle et se prépara à tirer à nouveau mais décida de rentrer dans le bâtiment pour porter secours à d'éventuelles personnes en danger.
Il monta quelques marches et des hommes le regardèrent en pointant leurs armes sur lui. Dean lâcha son pistolet et leva ses mains.


- Heu, je ne suis pas un des leurs, mais dépêchez-vous, ils arrivent avec plus de personnes, laissez-moi vous aider.

Dean regarda les marins qui hésitaient avec leur arme. Dean ne tenta pas de reprendre son arme, attendant l'accord des hommes. Ces derniers en l'absence de leur chef, et le moment s'y imposant, ils laissèrent Dean les aider. Il reprit son arme et se planqua derrière une porte, deux brigands arrivèrent et au dernier moment, Dean donna un violent coup de pied à la porte qui claqua sur les deux hommes qui tombèrent inconscients. Il sortit du bâtiment et tira sur un homme qui prit la balle à l'épaule. Un deuxième regardait derrière lui, des hommes faisaient signe qu'ils avaient apparemment attrapé quelqu'un. Dean était intrigué et ne comprenait pas tout de suite, à moins que la personne qu'ils recherchaient venait d'être attrapée.

Dean fit signe aux marins qu'il n'y avait plus de danger pour l'instant, les marins s'empressèrent d'éteindre le feu, quant à Dean il décida de suivre de loin les hommes qui emmenaient la personne. Dean suivit les hommes qui allèrent dans un repère, encore un ! Il entendit des paroles et des hurlements pendant des heures. Il commençait à s'assoupir et des hommes sortirent du repère, il se tapit dans l'ombre, à l'abri des regards et à nouveau des heures s'écoulèrent jusqu'à ce qu'il vit des hommes qui lancèrent une personne dans la boue. La nuit était presque totale, Dean décida d'aller voir la personne blessée.
Il s'agenouilla et reconnut une fille derrière un corps meurtri par des tortures.


- Ca va mademoiselle ?

C'est tout ce qu'il put trouver sur le moment et décida de l'aider à se relever. Il la releva mais comme les hommes n'allaient pas tarder à nouveau à sortir il préféra l'emmener dans une ruelle un peu plus loin, en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanos Delm

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Ven 16 Jan - 1:02

Cela faisait des heures que le combat durait. Au tout départ, c'était un simple corps-à-corps assez équilibré, mais des renforts ennemis étaient venus, et d'autres encore. Tanos avait été obligé de retirer ses troupes dans le batiment, et d'ouvrir le feu sur tout ennemi passant à portée. Lui et ses hommes avaient passé des heures à tirer sur l'ennemi sans retenue, avec pour seule compagnie les hurlements des agonisants, désormais nombreux dans la rue. Les brigands, quand à eux, avaient "empruntés" les habitations du coin pour eux aussi se mettre à l'abri. Le moral des hommes de Tanos baissa très rapidement, car ils n'avaient plus de voie de sortie. Le capitaine avait été obligé d'envoyer un messager à des amis, mais cet homme avait peut-être été coincé à l'heure présente. Puis, ils avaient constaté la disparition d'Aloha, puis la découverte d'un traitre parmi eux (Sabal, qui avait tuer trois hommes avant de succomber, emportant avec lui les dernières grenades de l'équipage), et finalement le capitaine qui se prit un méchant coup dans l'épaule. Au présent moment, une dizaine d'hommes se tenaient aux fenêtres à tirer, une vingtaine dans de petits lits à attendre que les médecins s'occupent de leur cas. Tout les autres étaient affalés un peu partout dans la salle, les pistolets bien chargés et prêts à servir. Le capitaine, qui avait désormais une mine sinistre avec son bandage, avait délaissé le pistolet pour l'espingole, qu'il avait bourré de mitraille à canon. De temps à autres, un cri résonnait dehors, quand se n'était pas à l'intérieur. S'il était possible d'assiéger une simple planque, l'exemple était bien là.

Soudain, un concert de hurlements et de coups de feux résonna dans la rue. Puis, une grande détonnation retentit. Aussitôt, tout les marins se portèrent aux fenêtres: quelqu'un avait fait sauter des barils de poudre devant les batiments occupés par l'ennemi. Des hommes se répandaient dans les rues, tirant sans retenue sur les membres du gang. Lorsque Tanos remarqua l'emblême des hommes qui se battaient dans la rue, un sourire apparut sur ses lèvres; ce n'étaient pas les renforts attendus, mais les propriétaires d'une des habitations, la seule à ne pas avoir sautée. Donnant l'ordre à ses hommes de sortir pour se joindre à leurs sauveurs, le capitaine donna de l'espingole. Le coup de feu retentit comme le tonnerre et il fut propulsé au sol, comme sa cible et l'homme à coté de lui, d'ailleurs. Bien vite, les bandits prirent la fuite avec quelques hommes derrières eux. Content du tournant pris par la bataille, il se tourna vers le chef des hommes qui lui avait porté assistance.


Merci d'être venu à notre aide. Je suis désolé d'avoir légèrement endommagé votre batiment...

Ya pas d'mal, petit. J'ai jamais aimé le gang Douglas, pourquoi je commencerais maintenant? Au fait, qu'est-ce qui t'a mené contre eux?

Tanos jura. Sans répondre à l'homme, il rassembla les troupes restante qu'il avait et organisa la recherche d'Aloha, ajoutant, au passage, que celui qui la retrouverait serait récompensé, mais que s'il trouvait celui qui l'avait pris, il lui définirait le mot "douleur" à sa manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Clesh
Bon marin
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 26
Date d'inscription : 02/01/2009

Feuille de personnage
Argent: 85 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Ven 16 Jan - 18:24

Dean voyait bien que la jeune femme était en très mauvaise santé, et lui n'avait aucune notion de médecine à part panser des petites plaies avec des bouts de tissus... Il regarda impuissant la jeune femme. Il tentait de comprendre ce qu'elle essayait de lui dire. Elle lui montrait son bras ensanglanté, Dean prit son bras et arracha un bout de son pantalon pour tenter d'arrêter momentanément le saignement. Ceci fait il essaya de lire sur les lèvres de la fille, il ne comprit que le A qu'elle tentait de faire mais il ne comprit pas la deuxième lettre. Il aperçut aussi un P significatif des pirates, était-ce une pirate également ? Il vit aussi le reste d'un J, beaucoup de pirates avaient le nom commençant pas J mais Dean n'en connaissait pas beaucoup et le seul qu'il connaissait réellement c'était Jack Sparrow un pirate à moitié fou à ce qu'on racontait à Tortuga. Dean avait surtout entendu parler de Jack Sparrow par son père qui l'avait déjà croisé, c'était un pirate aimé de son équipage, quelqu'un de peu ordinaire, il était très amusant, son père avait beaucoup insisté sur le mot amusant. Dean souriait intérieurement, repensant à la scène, mais se remit vite à la réalité. En effet, il devait sauver la prénommée A...
Dean réfléchissait s'il devait la laisser là pour aller chercher de l'aide mais il savait que la planque n'était pas sûre, et comme il ne voulait pas entendre à nouveau les cris de douleur de cette demoiselle, Dean préféra partir avec elle.

Dean prit la fille dans ses bras et tenta de la faire rester consciente. Elle commençait à délirer peu à peu, il fallait que Dean aille voir quelqu'un et vite mais qui dans cette ville déserte où soit tout le monde dormait, soit des clans s'affrontaient sans relâche ! Dean tenta tout de même de sortir de leur cachette, il transporta la jeune femme dans ses bras, le sang commençait à couler sur lui. Il courut le plus vite qu'il le put en prenant soin de ne pas tomber. Il enjamba un tonneau sur le sol, traversa une allée et continua dans la direction du bâtiment en flammes de tout à l'heure, si quelqu'un pouvait l'aider ce serait là-bas. Il continua sa course effrénée.

Il regarda dans toutes les directions de peur de tomber sur des brigands. Dean vit de la lumière loin devant lui, il comprit qu'il était presque arrivé au bâtiment. Il se dépêcha de regagner ce dernier pour espérer trouver des médecins pouvant soigner cette jeune femme mal en point. A ce moment il croisa des personnes qui étaient en face de lui, c'était les matelots du bâtiment de tout à l'heure. Il y avait également d'autres personnes dont un qui semblait être plus gradé que les autres. Les hommes étaient tous armés, ils devaient chercher quelqu'un ou bien devaient tenter vainement de poursuivre les hommes du gang. Dean tout haletant regarda l'homme qu'il ne connaissait pas et lui dit avec précipitation.


- Vite aidez-moi ! Cette jeune femme est en grand danger !

Dean regarda les hommes, espérant qu'ils l'aideraient à soigner cette fille, Dean ne se doutait pas que ces hommes connaissaient mieux cette femme que lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanos Delm

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Lun 19 Jan - 2:22

En apprenant la nouvelle, Tanos aurait du être ravi, mais un doute demeurait en lui. La jeune femme avait frolée la mort, et son père le savait bien. Ainsi, il ne causerait que du mal à sa fille, et ce tant et aussi longtemps que les deux partageraient le même monde. Tanos s'était attaché (presque sans le savoir) à la fille, et maintenant il savait que tout devait se terminer. Si Aloha vivait, son père la harcelerait jusquà sa mort. Le pouvoir seul du trafficant, même du plus puissant trafficant de la ville, ne pouvait rivaliser avec celui d'Andrew Douglas. Mais la guilde de la contrebande le pourrait... Peut-être. Il devait avoir une bonne raison de les enrolés s'il ne voulait pas s'endetté pour toute sa vie. La guilde de la contrebande était une puissante organisation du peuple libre, ou bien tout simplement la plus puissante. Tanos en faisait évidemment parti, mais il n'était pas certain de pouvoir s'assurer les services de leurs membres. D'un autre coté, il n'avait plus grand-chose à perdre. Aloha n'avait pas à payer pour la folie de son père, et Tanos ferait tout pour y remedier. Il convoca un de ses marins, réfléchissant. Aloha risquait d'être transportée au bouquet dans les prochaines heures; c'était juste assez de temps pour le capitaine. Avec un peu de chances, il parviendrait à réunir des hommes en deux heures, de quoi repousser n'importe quelle attaque. Deux autres heures et il pourrait rendre une petite visite à Douglas. Alors même que son esprit travaillait les plans qui apparaissaient dans sa tête, le marin entra de manière précipité dans la pièce.

Désolé pour l'attente, m'sieur, j'étais avec Dean et...

Dean? C'est qui, Dean?

C'est celui qui a retrouvé la fille, m'sieur. On discutait de la manière de la soignée pour la transporter au bouquet...

Bon, si tu le croises, donne lui mes plus sincères remerciement. Je discuterai avec lui quand se sera finit. Enfin, je voulais te voir pour que tu ailles dans la planque des contrebandiers et que tu les rassemble.

Le marin pali, puis devint blême. Ces yeux se posèrent de manière interloquée sur son capitaine tandis qu'il comprenait où voulait en venir Tanos.

On... Convoque le conseil, m'sieur? Vous croyez vraiment qu'il faut en venir là?

Tout cela à trop duré. On va en finir dès maintenant avant que sa ne dégénère encore plus. Exécution, matelot!

Le marin ne répondit pas et sortit de la pièce en courant, et Tanos se retourna pour observer le paysage de sa fenêtre. Les dés étaient jetés, le destin était en marche. Pour la première fois depuis deux ans, la guilde de la contrebande allait s'unir à nouveau pour nettoyer Tortuga de leurs ennemis. Il murmura, presque pour lui-même, quelques paroles.

Le jeu d'échec est en place; tout les pions sont morts, et moi je sort la reine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Clesh
Bon marin
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 26
Date d'inscription : 02/01/2009

Feuille de personnage
Argent: 85 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Lun 19 Jan - 21:17

Dean fut donc emmené dans l'infirmerie pour soigner la jeune fille nommée apparemment pour Dean A... Il n'avait pas encore réussi à savoir son prénom que déjà la fille était en danger de mort. Dean était un peu troublé, il venait de "sauver" à moitié la jeune fille, oui à moitié car non seulement elle n'était pas encore hors de danger mais en plus il n'avait rien pu faire pour empêcher ces trafiquants de lui infliger une horrible torture inhumaine. Bref, Dean ne savait que faire, et son père savait qu'il avait horreur de ne pas contrôler son destin, ses actions.
Dean attendit donc là, l'homme avec qui il avait parlé était parti voir son chef, Dean ne savait pas ce qu'il allait faire ensuite mais maintenant qu'il était plongé dans la bataille jusqu'au cou avec ces matelots, il ne pouvait plus reculer ni abandonner ces hommes et encore moins la fille. Dean remit une balle dans son pistolet assis sur un lit. Il regardait par la fenêtre, il redoutait une attaque des trafiquants et cette fois une attaque décisive. Le gang était réputé pour pourchasser ses proies jusqu'à leur mort, et cela faisait toujours rire Dean car il était persuadé qu'après ses conneries de son enfance, qu'il allait y passer pour de bon...

Il restait là, regardant la jeune femme sur le lit, il restait près d'elle, il se sentait si inutile qu'il était quelque peu stressé. Pourquoi ne se réveillait-elle pas ? Pourquoi on ne venait pas le voir pour lui dire de faire telle ou telle chose pour les aider. Dean se sentait mis à l'écart, après tout il ne faisait pas parti de leur équipe mais il avait quand même repoussé quelques hommes et s'était infiltré pour tenter de sauver la fille.
Dean resta assis à côté d'elle et tenta d'écouter les conversations des matelots derrière la porte, peut être entendrait-il un indice sur ce qu'ils allaient faire, mais il n'entendit rien à part des bruits de pas précipités et des autres bruits confirmant que les hommes n'allaient pas rester là à rien faire, des bruits de chargement de fusils étaient facilement audibles pour Dean. Il remit son pistolet à sa ceinture, il savait qu'il ne serait appelé qu'en cas d'extrême urgence.
Il se tourna à nouveau vers la demoiselle et prononça à voix haute, comme s'il savait qu'elle l'entendait ou que c'était comme un moyen de se sentir légèrement utile...


- Je sais que tu ne m'entends pas à moins que tu sois consciente mais qu'importe, au moins ça me fera parlé ! Je ne sais toujours pas comment tu t'appelles, je n'ai pas bien compris qu'elle était ton prénom, et j'aimerai que tu sois encore là pour me dire quelle est ton prénom. C'est tellement bizarre ce que je dis, surtout que tu ne m'entends pas me trompez-je ? Mais qu'est-ce que tu racontes Dean tu parles dans le vide !
Bref, je voulais te dire que je suis désolé de n'avoir rien fait alors que tu étais maltraitée dans cette maudite baraque. Je sais, je dois être un lâche pour toi, et je le comprends, mais si je savais qu'on infligeait une telle torture à une fille, je pense que je serai entré, quelque soit les conséquences. Dans ma famille, les femmes c'est sacré, même si des fois les femmes de Tortuga sont plus des hommes que des femmes ! Héhé ! Je sais que ce que je dois te dire doit te paraître ennuyeux, mais j'ai pas grand chose à dire de moi. Je m'appelle Dean Clesh, je suis un jeune pirate, j'ai fait mes preuves sur un navire, mais son capitaine a arrêté de voguer et donc je vagabonde ici à Tortuga en quête de trouver un navire où je pourrais faire ce que j'aime, voyager, trouver des trésors, partir à l'aventure quoi !
Mes frères sont devenus mes pires ennemis en devenant des hommes de la Compagnie des Indes, mon père était triste car il était un pirate et maintenant lui et moi ne les voyons plus. Ni ma mère d'ailleurs. C'est sûr que c'est une histoire sans intérêt quand on va peut être mourir. Non il faut vraiment que tu t'en sortes, je suis sûr qu'il doit être agréable de te connaître, une belle et gentille jeune femme c'est ainsi que je te vois, à moins que tu sois tout bêtement une femme horrible et autoritaire, c'est vrai je ne te connais pas vraiment, je me suis fier à mon instinct, il ne m'a jamais trompé, donc je pense que tu es comme je te vois.


Dean continuait à parler mais s'arrêta, il ne continua plus, il savait qu'il y avait peu de chances pour qu'elle l'entende. Il resta donc là, prêt à aider les hommes et à venir en aide à la fille au cas où elle se réveillerait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanos Delm

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 23
Date d'inscription : 31/12/2008

Feuille de personnage
Argent: 463 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Mar 20 Jan - 5:30

Le monologue de Dean arracha un sourire à Tanos, qui les regardait depuis quelques minutes déjà. Une petite intuition lui disait qu'une longue amitié risquait de commencer, si Aloha survivait. Il avait tout risqué pour elle, et il ne suporterait pas que son père ne lui prenne la vie, une vie qui ne méritait pas d'être gachée. Le trafficant se revenait du conseil, où il avait argumenté avec des hommes lui ressemblant étrangement dans leur façon de vivre. Il se souvenait de ce qui s'était passé...:

Tanos pénétra dans la large salle et prit une des chaises de la grande table au centre de la pièce. Onze visages se tournèrent tous en même temps vers lui; les onze plus puissants contrebandiers du peuple libre. Ils se réunissaien rarement, et plus rarement encore pour une demande d'assistance militaire, mais cela leur était déjà arriver. Parfois, ils unissaient leurs armées pour purger Tortuga de tout leurs ennemis. C'était ce qu'ils appelaient la Purge, et elle leur avait permise biens des fois d'affirmer leur pouvoir sur le peuple libre. Tous à Tortuga savaient que s'opposer à la guilde tenait du suicide pur: même si tous les gangs s'unissaient eux aussi sous une seule et même banière, ils ne pourraient vaincre les puissants trafficants du conseil, qui, en plus d'avoir beaucoup d'hommes, avaient chacuns un tas d'alliés puissants qui couvraient leurs arrière. Tanos observa attentivement les nombreux visages devant lui et se remémora les noms de chacuns. Tous avaient une origie différente, ou presque, et tous avaient certains talents. Tanos n'était ni le pus puissant militairement parlant ni le plus riche, mais il restait le plus influent de tous car il contrôlait presque tout le commerce du peuple libre, et avaient des amis aux quatres coins du monde. Il décida d'observer un tact prudent pour pouvoir survivre, et commença:

Que de vieux souvenirs, mes amis. Cela faisait longtemps que nous ne nous étions vus dans cette même salle, n'et-ce pas? Le monde est petit, à ce qu'il semble, vous avez répondus bien plus vite que je ne le pensait à l'appel et je me permets de vous complimenter sur ce point...

Talmahab, un asiatique colérique mais sage, l'interrompit brutalement sur un ton qui en disait long sur son humeure...

Cesse de tourner autour du pot, Tanos. Tu nous a convoqués pour une raison qui, j'espère, sera bonne! Je n'ai ni le temps ni la patience nécessaire pour écouter à longueure de journée ta voix qui me jette des sornettes aux oreilles!

Moi aussi je suis content de te revoir, Talmahab. Bon, je vais aller droit au but. Tous ici vous connaissez le gang Douglas et ses inclinaisons plutôt dangereuses. Certains d'entre vous savent également qu'il a une fille, fille qu'il veut faire assassiner. Alors même qu'il s'attaquait à elle, je suis intervenu et j'ai sauver sa vie, hors, il ne l'a pas vu d'un bon oeil...

Un anglais aux airs de nobles mais à l'accent de paysan, nommé Halsand, pris la parole d'un air agacé.

Tu nous a convoqué simplement pour discuter à propos de tes problèmes avec un simple gang? Sais-tu combien d'heures j'ai fait de voyage avant d'arriver à Tortuga?

Messieurs, Douglas à attaquer le bouquet! Douglas à osé essayer de reprendre sa fille alors qu'elle était sous la protection de la guilde! Il ne respecte apparament pas le pouvoir que nous exerçons dans la ville! Avez-vous oublier, messieurs, l'époque où ous étions les maîtres incontestés de Tortuga? L'époque où même les bandits les plu mals famés de la ville cfuyaient devant nous? Il était un temps, messieurs, où l'on nous respectait! Sommes-nous tombés suffisament bas pour laisser un simple gang ddétruire l'un de nos rares postes dans la ville? Où sont passés les hommes que je connaissais, les hommes qui n'auraient pas hésités une seule seconde à risquer leurs vies pour faire payer au centuple cet homme!

Il avait marqué un point, il le savait. Finalement, cinq contrebandiers acceptèrent de donner leurs troupes pour cette batailles, et les autres grommelèrent mais ne dirent rien. Tel était l'esprit du trafficant moyen: ne proteste pas quand t'es pas sur d'avoir la majorité!

... Et maintenant Tanos était coincé au bouquet pour trois jours avant l'arrivée des forces promises. En trois jours, il pouvait se passer beaucoup de choses, évidemment, mais son moral remontait. Si Aloha survivait, elle n'aurait plus jamais à supporter son père. Bientôt, tout allait se terminer, et, bien que Tans ne pouvait être sur du déroulement de la bataille, la chance allait tournée. Il le savait.

_________________
Cette guerre ce gagnera dans le sang de l'Angleterre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Clesh
Bon marin
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 26
Date d'inscription : 02/01/2009

Feuille de personnage
Argent: 85 Pièces
Compétences:
Equipement:

MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   Mar 20 Jan - 20:22

Pendant que Tanos était en train de discuter avec des personnes importantes pour qu'elles lui viennent en aide, Dean était toujours dans la salle avec la jeune femme. Dean faisait les 100 pas, il réfléchissait toujours, est-ce qu'il n'aurait pas mieux fait de rester chez lui aujourd'hui ? Est-ce qu'il n'aurait pas du rester dans sa maison avec son père l'ancien pirate pour apprendre encore des choses de lui ? Mais au fait son père était connu à Tortuga ! Et si le gang n'était pas déjà chez lui en train de taper son père pour lui demander où était Dean Clesh qui leur était connu depuis leurs petites embrouilles un peu plus tôt ? Dean s'arrêta net, il ne savait plus quoi faire à ce moment là, il voulait quitter la salle à vitesse grand V et partir rejoindre sa maison pour vérifier qu'on avait pas capturé voir assassiné son père. Il commença à reprendre sa petite veste et s'apprêta à partir quand la jeune demoiselle commença à être dans un état d'agitation intense, elle était secoué d'une force que Dean ne pouvait pas imaginer, il fut pris de panique, il n'avait pas de compétences dans ce genre de situation et il ne savait pas quoi faire, il tenta de calmer la fille mais celle-ci ne répondait pas à ses tentatives désespérées pour la sauver. Il essaya de voir son pou pour savoir si elle était encore vivante, ou du moins si elle respirait encore, son coeur battait très faiblement, il fallait faire quelque chose mais quoi ? Dans cette situation, Dean ne savait pas quoi faire pour lui venir en aide, seule solution partir voir des matelots pour qu'ils viennent l'aider. Il sortit de la salle en courant et appela des hommes qui accoururent, Dean leur expliqua l'état de la jeune femme qui se précipitèrent dans la salle.
Ils n'étaient pas beaucoup plus utiles que Dean, en effet, ils restaient là, mais ils étaient terrifiés par les réactions violentes de la fille. Ils réussirent à la tenir pour éviter qu'elle ne se blesse inutilement.


- On fait quoi ? Le chef est en réunion et on a rien pour aider cette fille !

- Vous avez pas de trousses médicales, de manuel de médecine, ou autre truc qui pourrait éventuellement nous aider ?

- Non pas grand chose, à part des boissons alcoolisés, de l'eau, de la nourriture et puis des armes...

- Amenez tout ce que vous avez dont l'eau, l'alcool et la nourriture on ne sait jamais ! Sinon il faudrait que deux hommes partent dans la ville pour essayer de trouver un médecin. Ca peut toujours nous aider.

Deux hommes partirent rapidement et sortirent armés pour trouver un médecin. Pendant ce temps, Dean évaluait les choses qu'avaient les hommes avaient ramené, il y avait, de l'eau, des couvertures, des éponges, des sandwichs, du rhum, des petits objets qui ne servaient à rien, une caisse de munition, des bouts de bois et des sceaux.
Dean prit de l'eau et une éponge qu'il appliqua sur le front de la jeune femme pour tenter de l'apaiser, sait-on jamais, Dean aurait peut être appris une ou deux choses avec sa mère lorsqu'il se blessait... Il mit un sceau à côté de la demoiselle au cas où elle se sentirait mal, il essaya de reprendre à nouveau les vibrations de son coeur, pour savoir si elle respirait encore. Dean mit aussi des sandwichs à côté d'elle, de l'eau et de l'alcool, il n'y avait rien à faire avec ce qu'avaient les hommes, rien qui pourrait les aider. Il fallait attendre, voir si elle allait s'en sortir, et aussi pour que les hommes reviennent avec un médecin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le retour du trafficant   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le retour du trafficant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Pirates Des Caraïbes :: Hors Sujet :: Corbeille :: Zone RP-
Sauter vers: